Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Au Japon, la région de Kinki (épisode 1) Nara, au cœur de la civilisation japonaise

Au centre de Honshū, la plus grande île du Japon, la région de Kinki est le berceau historique, culturel et spirituel du pays. Elle abrite les anciennes capitales impériales de Nara et de Kyoto, avec de nombreux monuments historiques inscrits au patrimoine mondial par l’Unesco, et Osaka, la capitale gastronomique de la région.

Quand il sera à nouveau possible de voyager en toute sérénité, la région de Kinki réserve à vos clients la possibilité de combiner plusieurs itinéraires pour partir à la découverte de ses trésors d’une grande diversité d’attraits, entre patrimoine, activités et gastronomie. Cette première parution est consacrée à la préfecture de Nara ; elle sera suivie par celle de Wakayama.

Depuis Nara, première capitale du Japon

Facilement accessible par la route ou en train, Nara, à 40 km d’Osaka et 45 km de Kyoto, a été la première capitale impériale permanente du Japon de 710 à 784. Il y avait autrefois de magnifiques temples bouddhistes et d’autres bâtiments, et de nombreuses personnes vivaient dans les environs.

À découvrir, à faire

Dans la ville d’Uda (À l’est de Nara), le Murō-ji est un temple bouddhique construit à la fin du VIIIe siècle dans la forêt de la montagne Murō-yama. On y accède par un pont japonais, puis, devant la porte, on découvre une pierre gravée avec l’inscription « Nyōnin Kōya », le « mont Kōya des femmes ». Koyasan, dans la préfecture de Wakayama, était interdit aux femmes jusqu’au XIXe siècle. Les femmes se rendaient donc au temple Murouji, qui était également un temple Shingon, tout comme Koyasan, où les femmes étaient autorisées à se rendre. Il révèle des trésors nationaux comme la statue de Kannon, déesse de la miséricorde aux onze visages, et une belle pagode à cinq étages.

©Joachim Ducos

lnfo + La visite du Murō-ji est tout particulièrement prisée en avril et mai lorsque les rhododendrons sont en fleurs ou à l’automne quand les érables étincellent d’un rouge flamboyant.

Pour une halte déjeunatoire, Tama, à Imai-chō, est un restaurant de cuisine française locavore installé dans une machiya (maison traditionnelle en bois des centres-villes japonais) reconvertie.

©Nara Prefecture

lnfo + À une vingtaine de kilomètres au sud de Nara, le village d’Imai-chō, qui existe depuis l’époque Edo (1607-1832), regroupe près de 500 maisons typiques.

À Yoshino, au sud de Nara, le temple Kinpusen-ji est réputé pour ses trois statues de Zaō Gongen à la peau bleue qui datent de 1 300 ans. Chaque figure mesure environ 7 m de haut et représente l’une des trois facettes de Bouddha : passé, présent et futur. La salle principale, construite en 1592, serait la deuxième plus grande structure en bois du pays, après celle du temple Tōdai-ji (à Nara). Les statues ne sont visibles qu’au printemps et en automne. Ce temple est en outre dédié à la tradition spirituelle japonaise du shugendō où la relation entre l’homme et la nature – la montagne – est primordiale.

©Nara Prefecture

Info + Conseillez à vos clients de passer une nuit à Yoshino dans un ryokan (auberge traditionnelle) et de profiter des nombreuses sources d’eau chaude de la région dans un onsen (bain thermal).

©Nara Prefecture

Info + La maîtresse de maison peut également aider les visiteurs à organiser des activités, notamment la fabrication de papier washi à Fukunishi Washi Hondo ou celles de baguettes en bois de cèdre dans un atelier.

Pour une expérience originale, il est possible de s’essayer à fabriquer du papier washi en utilisant de l’écorce de mûrier à Yoshino. Sur réservation, la famille Fukunishi (Fukunishi Washi Honpo), fournisseur officiel de nombreux organismes, accueille les visiteurs dans son atelier pour leur faire partager leur savoir-faire.

©Nara Prefecture

lnfo + Le mont Yoshino, classé « site sacré et chemin de pèlerinage dans les monts Kii » au patrimoine mondial par l’Unesco, est célèbre pour ses milliers de cerisiers.

Sakurai, à 25 km de Nara, a été plusieurs fois capitale du Japon de la période Kofun à celle d’Asuka (du VIe au VIIe siècle). Ici, l’Ōmiwa-jinja est considéré comme le plus ancien sanctuaire shinto du Japon. Il est consacré, ainsi que la montagne environnante, à Omononushinokami, divinité de l’agriculture, de la médecine et des affaires.

©Joachim Ducos

lnfo + À Sakurai, Senjutei est un restaurant de spécialités japonaises, dont les somen, nouilles de blé tendre, plates et rectangulaires.

A quelques pas du sanctuaire, qui est aussi le dieu de la brasserie de saké, se trouve la brasserie Imanishi Shuzo !

©Nara Prefecture

lnfo + De 2 à 50 personnes, une heure environ.

Des mesures Covid sont en place à Nara et Wakayama, telles que la ventilation, le contrôle de la température et la limitation du nombre de visiteurs dans les temples et autres sites, ainsi que des postes de désinfection des mains et des masques faciaux. Ainsi, lorsque vos clients seront prêts à voyager à nouveau, vous pourrez être sûr que leur voyage ici sera aussi sûr que possible.

 

 

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique