Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Au Guatemala, dans les pas des Mayas

Le pays reste une niche sur le marché français, malgré son intérêt culturel et naturel. Principal handicap : une desserte aérienne compliquée.

Comme le Pérou ou la Bolivie, le Guatemala chatouille l’imagination de qui rêve d’Amérique latine. Volcans et lacs, villages colorés de l’Altiplano, traditions vivaces, cités mayas perdues dans la jungle… : la réputation de grande destination culturelle et naturelle dont bénéficie le pays, « Coeur du monde maya » comme le clame sa signature touristique officielle, n’est pas usurpée. Reste que le tourisme n’y est pas une industrie balbutiante. Le secteur représente même 15 % du PIB. Proximité géographique aidant, les visiteurs venus des États-Unis sont plus de 400 000 chaque année. À l’inverse, l’Europe, Espagne comprise, fait figure de marché périphérique. En France, à peine plus de 20 000 touristes par an font le voyage. Des chiffres minuscules par rapport à ceux enregistrés par le Mexique ou le Costa Rica. Ces derniers sont-ils pour autant d’encombrants concurrents ? Pas sûr. « Depuis l’automne, note Jorge Partida, chef de produit Amérique latine chez Nouvelles Frontières, nos réservations sur le Guatemala sont en hausse d’environ 28 % et talonnent celles du Costa Rica. » Quant au Mexique, il sert souvent de porte d’entrée du monde maya et offre des possibilités de combinés dont le tourisme guatémaltèque tire largement avantage. Les plages mexicaines, en revanche, n’ont pas d’équivalent chez le voisin du Sud. Le Belize sert donc de succursale balnéaire du Guatemala. « C’est une extension très souvent demandée », commente Sylvain Delanoë, responsable des cotations Amérique latine chez Jetset. Plus que tout, le vrai frein au développement du tourisme guatémaltèque en Europe est le manque de connexions aériennes. Madrid est la seule porte de sortie européenne vers le Guatemala.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique