Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Air Lib vole vers Alger

Le premier vol d’Air Lib pour Alger a décollé et atterri sans embûche hier, avec une soixantaine de passagers à bord.

La compagnie dessert dans un premier temps Alger au départ de Paris-Orly au rythme de deux vols par jour, avant d’ajouter éventuellement une fréquence supplémentaire dans le courant de l’année, puis d’envisager à plus long terme des vols vers Oran, Bejaïa et Constantine. Elle pourrait aussi ouvrir Marseille/Alger dès 2002. L’objectif est de transporter 190 000 passagers entre la France et l’Algérie dès cette année, et 350 000 en 2003.

Les mesures de sécurité sont maximales, identiques à celles des vols vers Tel Aviv, et donc longues: l’embarquement s’effectue à Orly au Carré Voyages (un espace clos situé au sous sol et généralement utilisé par les tour opérateurs pour leurs vols charters). Tous les bagages de soute sont contrôlés et deux gardes non armés embarquent sur chaque vol pour surveiller les passagers et l’accès au cockpit. Les plateaux repas du vol retour sont embarqués à Paris pour limiter les opérations à l’escale d’Alger, et le personnel d’Air Lib ne devrait pas dormir sur place.

Air Lib, qui peaufine par ailleurs un projet de compagnie à bas prix pour ses lignes intérieures françaises, compte sur cette desserte algérienne pour améliorer ses résultats. Selon le rapport du cabinet Sécafi Alpha (mandaté par le comité d’entreprise et cité par le quotidien la Tribune), l’Algérie pourrait représenter 10% des recettes de la compagnie en 2003, mais 90% de son résultat d’exploitation. Car face à la seule concurrence d’Air Algérie sur Paris/Alger, Air Lib n’entend pas casser les prix. Le tarif d’appel en classe économique commence à 367 euros (minimum de 7 jours sur place, non modifiable, non remboursable), contre 333 euros pour Air Algérie. La concurrence sera en revanche plus sévère au départ de Marseille, où se posent déjà Air Alger et Khalifa Airways. Selon la DGAC, le trafic entre la France et l’Algérie avoisinait 1,5 million de passagers en 2000.

Thierry Beaurepère

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique