Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Air France voudrait renégocier les billets à prix réduits de ses salariés

Pour faire une économie de 15 à 20 millions d'euros par an, la direction d'Air France a annoncé aux syndicats son intention de réduire les "facilités de transport" offertes à ses employés.

Jeudi 2 juillet, les représentants syndicaux et la direction d'Air France étaient réunis pour un point sur les "mesures d'économie complémentaires" à celles contenues dans le plan "Perform 2020", actuellement en discussion.

Fin des remises conséquentes

La question des billets à prix réduits a été abordée à cette occasion, une piste choisie par Air France pour répondre à l'urgence économique.

Xavier Broseta, le directeur des ressources humaines du groupe Air France, a annoncé "une augmentation du prix des billets" pour les employés qui, jusqu'à présent, bénéficient de remises conséquentes, a indiqué à l'AFP une source syndicale.

"Ils ne sont pas rentrés dans le détail, on n'arrive pas à voir le prix par billet" qui résulterait d'une telle réforme, car il y a une grande
"diversité" de calcul selon les situations personnelles, a relevé cette source.

Faisant valoir "une situation financière difficile", Air France a indiqué vouloir parvenir à une économie comprise entre "15 et 20 millions d'euros par an", a précisé le syndicaliste.

La direction n'a pas souhaité s'exprimer sur ce sujet, qualifié de "très sensible" par les syndicats de navigant.

Une mauvaise nouvelle pour les PNC et pilotes de province

Pour l'UNAC, une augmentation du prix des billets aurait "un impact supplémentaire chez les PNC" (personnels navigants commerciaux). En effet, "la moitié habite en province", indique Flore Arrighi, présidente du syndicat. Or, les hôtesses et stewards "prennent un avion pour venir prendre leur service", grâce aux facilités de transport actuellement offertes.

Le SNPL Air France, syndicat majoritaire chez les pilotes, tient le même raisonnement. "Le billet que vous prenez pour les vacances de temps en temps, ça reste marginal" en matière de pouvoir d'achat, explique Emmanuel Mistrali,porte-parole du syndicat. Mais l'augmentation "non négligeable" du prix des billets, souhaitée par Air France, posera problème "à tous les collègues qui habitent la province et viennent travailler à Paris", soit "un bon tiers" des pilotes, selon lui.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique