Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Air France : l’accord Transform 2015 signé sans la CGT

Les syndicats des personnels au sol de la compagnie ont approuvé la restructuration et ont obtenu une clause de "retour de bonne fortune".

carnet de l'entreprise

Comme annoncé, les syndicats des personnels au sol d’Air France ont signé l’accord pour la mise en œuvre du plan Transform 2015, qui prévoit la suppression de plus de 5000 postes. La CFDT et la CFE-CGC se sont félicités d’avoir obtenu gain de cause sur deux revendications : pas de licenciements secs jusqu’à fin 2014 et une clause de "retour de bonne fortune".

Le "fabuleux monde des Bisounours"

La CGT, non signataire, dénonce en revanche cette clause trop imprécise et non chiffrée "qui remet au goût du jour le fabuleux monde des Bisounours ou encore l’existence du Père Noël", lit-on sur le site du syndicat. La compagnie consentirait ainsi à récompenser les efforts des salariés dans la mesure où "la mise en œuvre des mesures du plan Transform et des accords subséquents amènerait une amélioration de la situation économique plus rapide et plus importante que prévu". L’accord stipule également que dans le cas contraire, Air France, "pourrait prendre toute mesure appropriée et proportionnée à la sauvegarde de son avenir".

Eviter un vaste plan de licenciement

Dans un communiqué, la CFDT a rappelé que la signature de cet accord permettait d’éviter que la direction dénonce les conventions d’entreprise et mette en œuvre "un vaste plan de licenciement ainsi que le démembrement de l’entreprise". "Le groupe rembourse en moyenne près de 1Md€/an au titre de son endettement. En 2014, le groupe devra rembourser 1,8Md€, c’est cette échéance qui inquiète aujourd’hui la Direction et les experts. En l’état actuel de sa trésorerie de ses recettes et de ses dépenses, cette échéance pourrait amener Air France au bord du gouffre" rappelle également le syndicat.

Force Ouvrière, également signataire l’accord, explique qu'elle demande toujours le départ des dirigeants qui ont amené la compagnie dans cette "impasse".

2066 postes concernent le personnel au sol

Sur les 5122 suppressions de postes annoncées, 1712 postes correspondront à des départs naturels non remplacés. Le sureffectif, qui doit être absorbé par des départs volontaires ou l’incitation au passage à temps partiel est chiffré à 3410 postes, dont 2066 concernent le personnel au sol.

Les syndicats des personnels navigants et des pilotes doivent aboutir à un accord avant la fin du mois.

 

 

Accord Transform 2015

carnet de l'entreprise