Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Air France-KLM : un nouveau plan social de 5000 postes ?

La compagnie aérienne a démenti une information du Figaro qui évoque un nouveau plan de suppression de postes.

Le groupe Air France-KLM envisage de lancer "dans les prochains mois" un nouveau plan de suppression de postes qui pourrait porter sur 5 000 emplois, a annoncé le Figaro le 12 janvier. Une information démentie par le groupe auprès de l’AFP.

"Rien n’est encore décidé s’agissant d’un éventuel nouveau plan de départs volontaires ; il est donc parfaitement prématuré de l’évoquer, tant sur le principe que sur son éventuelle ampleur", a déclaré un porte-parole d’Air France-KLM.

D’après Le Figaro, "les dirigeants de la compagnie, en panne de compétitivité, prévoient de lancer un nouveau plan de réduction d’effectifs cette année". "La direction de la compagnie n’a pas le choix. Si un tel plan n’est pas lancé rapidement, Air France sera morte dans deux ans", a affirmé un administrateur.

8000 postes déjà supprimé en trois ans

Le groupe a déjà supprimé environ 8000 postes en l'espace de trois ans, d’abord avec le plan Transform puis avec un deuxième plan social de 2800 postes lancé en octobre 2013. A chaque fois, les informations publiées en amont dans la presse, au sujet de ces plans sociaux, ont été démenties par un porte-parole, avant d’être confirmées et précisées par la direction.

Air France KLM a lancé en 2012 un plan de redressement, et prévoyait de ramener la dette à 4,5 milliards d’euros fin 2014, tout en dégageant des bénéfices. Mais le compte n’y est pas.

Toujours pas de bénéfices

A l’issue des 9 premiers mois de l’exercice 2014, la dette s’élevait à 5,2 milliards d’euros pour un chiffre d’affaires en baisse de 3,6% et un résultat d’exploitation de 40 millions, laissant augurer d’une année sans bénéfices.

En décembre, le groupe a lancé son troisième avertissement sur résultats en cinq mois, annonçant que des actions complémentaires de réduction des coûts unitaires et de baisse des investissements seraient nécessaires.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique