Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Aigle Azur : les « putschistes » condamnés

C’était en août 2019 : Aigle Azur, présidée par Frantz Yvelin, était en pleine tourmente. L’actionnaire minoritaire Gérard Houa, assisté de son ami Philippe Bohn, avait débarqué Frantz Yvelin de façon « Illicite », selon un jugement qui vient d’être rendu.

On s’en souvient, le 26 août 2019, Gérard Houa, associé à Philippe Bohn, prenait le pouvoir chez Aigle Azur, expulsant son président Frantz Yvelin et « bloquant » l’activité de la compagnie aérienne, « à l’aide de manœuvres abusives », selon un jugement de la 5e chambre du Tribunal Judiciaire du 2 mars 2021.

Après quelques péripéties, l’intervention de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), Frantz Yvelin avait repris la direction de la compagnie, dénonçant les manœuvres des « putschistes ». Il en démissionna toutefois, demandant la nomination d’un administrateur judiciaire. La compagnie cessera ses activités quelques jours plus tard.

Frantz Yvelin avait alors « fait assigner Gérard Houa, Philippe Bohn et la société SA Lu Azur devant le Tribunal de Paris en réparation des préjudices qu’il avait subis. Il réclamait quelque 400 000 euros.

Houa et Bohn condamnés à payer

Dans son jugement, rendu le 2 mars dernier, le Tribunal de Paris confirme la bonne foi de Frantz Yvelin, sans toutefois lui accorder les sommes demandées en réparation. Gérard Houa et sa société SA Lu Azur sont condamnés à lui verser la somme de 15 000 euros. Quant à Philippe Bohn, il devra s’acquitter de la somme de 5000 euros.

Joint par téléphone, Frantz Yvelin se refuse à tout commentaire sur une décision de justice, se contentant de rappeler « que la France n’est pas une République bananière et que la justice fonctionne parfaitement ».

Reste maintenant la suite de cette affaire. En effet, Maître Bourbouloux, administratrice judiciaire de feu Aigle Azur, avait également assigné Gérard Houa au pénal, notamment pour falsification de documents et faux et usage de faux. La justice tranchera, mais hélas, ne pourra plus jamais sauver une compagnie aérienne qui avait peut-être, une chance de survivre. Clients et salariés resteront, eux, définitivement sur le carreau.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique