Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Aigle Azur : aucune offre n’est acceptée, l’activité s’arrête vendredi soir

Le tribunal de commerce d’Evry vient de rendre sa décision sur Aigle Azur, qui emploie quelque 1 150 personnes.

On s’en doutait un peu, c’est désormais confirmé… Le tribunal de commerce d’Evry (91) n’a retenu « aucune des offres de reprise » de la compagnie aérienne Aigle Azur placée en liquidation judiciaire, dont l’activité se terminera ce vendredi à minuit. C’est la présidente du tribunal, Sonia Arrouas, qui vient de l’annoncer à la sortie du tribunal.

« Aucune solution pérenne n’a été proposée par les candidats repreneurs » a-t-elle ajouté. La présidente a regretté les désistements ou les absences « d’offres concrètes, l’absence de moyens financiers des candidats crédibles », « l’indétermination de la provenance des fonds » ou encore « l’irrecevabilité de certaines propositions ».

Une demande de prêt à l’Etat

Ce vendredi, des syndicats d’Aigle Azur avaient appelé l’Etat à accorder un « prêt relais d’environ 35 millions d’euros pour sauver » la deuxième compagnie française, d’après un communiqué transmis à l’AFP. Selon eux, la liquidation d’Aigle Azur constitue un « gâchis immense ».

Le redressement judiciaire ayant été prononcé le 2 septembre, le temps nécessaire à la publicité indispensable pour trouver des capitaux suffisants a été bien trop court », assurent-ils. Ils renvoient à l’exemple de la compagnie allemande Condor, filiale du voyagiste britannique en faillite Thomas Cook, qui a obtenu mardi un prêt relais garanti par l’Etat allemand de 380 millions d’euros, lui permettant de continuer à voler.

« Il n’y avait personne en salle d’audience »

Rappelons que le tribunal avait reçu deux offres. L’une provenait de deux anciens responsables d’Air France, Lionel Guérin et Philippe Micouleau, offre qui était conditionnée à l’obtention d’un prêt participatif de 15 millions d’euros auprès de l’Etat. L’autre était présentée par Lu Azur, actionnaire d’Aigle Azur à hauteur de 19%. Mais quand « Lu Azur, à la demande du tribunal, est venu apporter la preuve de l’existence et de la localisation des 30 millions d’euros de fonds pour la reprise d’Aigle Azur, son dirigeant Gérard Houa a constaté qu’il n’y avait personne en salle d’audience au tribunal de commerce d’Evry » ce vendredi matin, a affirmé un porte-parole de Lu Azur.

La présidente du tribunal Sonia Arrouas a toutefois indiqué à l’AFP que M. Houa « n’a nullement trouvé porte close » mais « a apporté des éléments à l’administrateur qui les a communiqués au juge commissaire et au Parquet ».

Spécialiste des vols vers l’Algérie, Aigle Azur emploie 1150 personnes, dont 800 en France.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique