';
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Adapter son marketing à la crise

Quelles questions se poser pour coller aux évolutions, attentes et nouveaux comportements du marché, être innovant, se différencier et préparer la reprise.

La crise est une trop belle occasion pour tout remettre à plat, dépoussiérer, mener une réflexion de fond et revoir sa copie marketing. Car en se crispant sur les vieux schémas, une agence n’a plus de ressort pour remonter la pente. Certes, il ne faut pas entreprendre d’actions qui auraient des répercussions négatives pour la suite (comme trop écraser ses prix). Mais en même temps, il est probable que le comportement des consommateurs d’avant la crise ne sera plus le même après. Ceux qui auront senti les nouvelles tendances avant les autres seront les grands bénéficiaires de la reprise. Il devient donc urgent de repenser son marketing pour donner un coup de jeune et réajuster ses cibles. L’analyse par segments de clientèles reste pertinente : vérifier que les catégories que l’on vise sont celles qui sont touchées, se demander pourquoi certaines le sont mieux que d’autres ou pas du tout, quelles sont les catégories oubliées ou nouvelles, les évolutions des attentes et comportements de chacune, examiner le rapport produit/prix pour chaque niche…

SE POSER LES BONNES QUESTIONS

Dois-je investir sur le très haut de gamme sélectif ou le volume, sur quelles destinations, la France, la location, l’hôtellerie de plein air, mettre l’accent sur les groupes, le tourisme d’affaires, mettre le paquet sur les familles, les seniors ou les célibataires, jouer à fond la carte développement durable, quels produits dérivés vendre, rester généraliste ou se spécialiser ? Faut-il accrocher par thèmes pour donner de la saveur à ses propositions et croiser les attentes clients ? Comment moduler discount, frais de gestion ou extras et gratuités par segments ? À chacun de répondre selon ses marchés, ses compétences, ses moyens, ses passions, sa vision de l’avenir. En sachant à qui on s’adresse, avec quels produits et quels prix, suit la question de la communication. C’est l’art de dire à chaque client ce qu’il veut entendre. Mon positionnement Internet, site ou blog sont-ils vendeurs et efficaces ? Y ai-je vraiment investi ou est-ce du bricolage ? Suis-je capable d’utiliser le Web 2.0. et les réseaux sociaux et plus globalement, suis-je branché nouvelles technologies en sachant que les innovations n’ont pas été arrêtées par la crise qui a, au contraire, accentué certains comportements (achats en ligne) ? Il faut faire le tri entre les nouveaux canaux de communication et doser son budget en conséquence. Idem pour la relation clients en général : accueil dans l’agence, au téléphone, prospection, après-vente, suivi et relance des dossiers, outils de fidélisation… L’image physique et morale de l’agence et de sa marque n’est-elle pas vieillissante ?

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%%%HORSTEXTE:3%%

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire