Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Accor a gardé le cap en 2014

Le groupe hôtelier a publié hier soir un chiffre d’affaires annuel en légère croissance et relevé son résultat d’exploitation.

L’année s’est bien terminée pour Accor. Le groupe hôtelier français, qui assure ne pas avoir constaté de phénomène d'annulations dans ses hôtels après l'attentat contre Charlie Hebdo, a enregistré une légère hausse (+0,5%) de ses ventes sur l'année passée, tout en relevant légèrement à "proche de 600 millions d'euros" son résultat d'exploitation 2014. En données comparables, les ventes du numéro un européen de l'hôtellerie ont augmenté de 3,8%.

Un développement dynamique

Le chiffre d'affaires du quatrième trimestre s'est élevé à 1,4 milliard d'euros, en hausse de 2,1%.

Sur l'année 2014, "le groupe a renoué avec un développement dynamique, marqué par l'ouverture de 208 hôtels, soit 29 556 chambres, à comparer avec les 22 600 chambres de l'année 2013", a affirmé Sophie Stabile, directrice générale finances, lors d'une conférence téléphonique.

De son côté, Sébastien Bazin, PDG de Accor depuis août 2013, a estimé que "la croissance de Accor en 2014 est d'autant plus remarquable qu'elle s'est faite dans un contexte économique contrasté et alors que le groupe entamait une profonde transformation".

Une accélération au quatrième trimestre

Pour l'année 2014, le groupe a enregistré une "solide croissance du chiffre d'affaires, avec une accélération au quatrième trimestre tirée par l'Europe de l'est et du nord, et aussi une amélioration progressive en France", a expliqué la directrice générale finances.

S'agissant de la France, le chiffre d'affaires augmente de 2,5% au quatrième trimestre. "On est plutôt positif sur la France (…), avec une croissance sur le taux d'occupation mais aussi sur le prix", a souligné Sophie Stabile, précisant que sur cette zone et cette période, le groupe a "bien performé sur les segments haut et milieu de gamme, un peu moins sur l'économique, en raison des effets liés à la hausse de la TVA".

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique