Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

À quand une concentration verticale du marché ?

« La valse des alliances continue ! Après Afat-Selectour, Thomas Cook et Manor, c’est au tour de TUI, via Havas, de se rapprocher de Carlson Wagonlit Travel. Le marché de la distribution se resserre inexorablement pour former des réseaux qui, s’ils n’ont pas encore atteint une masse critique, vont redessiner le maillage national des agences physiques, à la manière des pays anglo-saxons. Ce qui ne sera pas, d’ailleurs, sans générer

La valse des alliances continue ! Après Afat-Selectour, Thomas Cook et Manor, c’est au tour de TUI, via Havas, de se rapprocher de Carlson Wagonlit Travel. Le marché de la distribution se resserre inexorablement pour former des réseaux qui, s’ils n’ont pas encore atteint une masse critique, vont redessiner le maillage national des agences physiques, à la manière des pays anglo-saxons. Ce qui ne sera pas, d’ailleurs, sans générer pour les agences des problématiques de choix d’enseignes, notamment dans des localités moyennes ou petites. Tous ces réseaux déclarent prôner un développement du multicanal, Internet se réservant principalement les ventes dites sèches, et l’agence les prestations à plus forte valeur ajoutée. « Internet est le meilleur ami de l’agent de voyages », déclare Jean-Marc Siano, président de Nouvelles Frontières (lire notre interview). Bon nombre d’intéressés n’en semblent pas vraiment convaincus, mais peut-on encore aujourd’hui considérer pouvoir faire machine arrière et ignorer la réalité du marché ? L’autre enjeu des grandes manoeuvres qui se déroulent actuellement : la maîtrise de la production. Dans cette course à la consolidation, Thomas Cook et maintenant TUI France ont une longueur d’avance sur leurs concurrents, avec un léger avantage pour ce dernier qui à la main sur son aérien, même si Corsairfly est malmené par la conjoncture. Transport, tour-opérating loisirs, ventes en ligne et physique : que manque-t-il au tableau de chasse des nouveaux géants de l’industrie ? Sans aucun doute un ancrage dans le segment du voyage d’affaires. On savait des négociations en cours du côté d’Amex et de CWT. Là encore, c’est TUI qui, finalement, mène la danse.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique