Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Vente de Fram et Promovacances : 6 questions à Alain de Mendonça

Ouverture du capital aux salariés, avis de Bruxelles, relations avec le nouveau fonds… Le très discret président de Karavel-Promovacances a accepté de répondre à L’Echo touristique, sur toutes ces questions.

L’Echo touristique : La prise de participation majoritaire par Equistone Partners Europe n’attend-elle plus que le go de Bruxelles ?

Alain de Mendonça : Oui, la seule chose qui nous manque, c’est l’aval de Bruxelles. La procédure anti-trust habituelle s’applique. Nous avons envoyé notre dossier à la DGCCRF la semaine dernière. Nous attendons la réponse dans un délai de 5 semaines, soit à la mi-avril.

Quelle part exacte du capital prend Equistone Partners Europe ?

Entre 75% et 80% du capital de Fram comme de Promovacances. C’est à peu près l’équivalent de la participation de LBO France, qui se retire après 7 ans au sein de Karavel et 2 ans de Fram. C’est logique, les fonds vont et viennent. Pour nous, il s’agit du cinquième. Mais nous restons dans la continuité de notre stratégie, démarrée il y a 18 ans. Nous avons à dessein choisi un partenaire financier. Parce qu’il n’y a plus d’entrepreneur avec un groupe industriel, qui devient le manager.

Le fonds est toutefois européen, basé à Londres, n’est-ce pas ?

Le fonds est européen mais son président Guillaume Jacqueau est un Français, basé à Paris. Equistone Partners Europe a déjà été actionnaire de Karavel, de 2007 à 2011. Il s’appelait alors Barclays Private Equity. Nous avons donc travaillé avec Guillaume Jacqueau pendant quatre ans. Nous avons mené ensemble la reprise de Partir Pas Cher, AB Croisière et Un Monde A Deux.

Fram n’est donc plus tout à fait français ?

Si, bien sûr ! Le siège social est en France, contrairement à celui de TUI France ou de Thomas Cook France. Avec un actionnariat de management et de salariés français, et un fonds européen dirigé par un Français.

Quelle part globale du capital pourront se partager les salariés de Fram et de Promovacances ?

Le management et les salariés se partageront 20% à 25%, incluant Folco (Aloisi) et moi-même. Les salariés de Fram se partageront-ils 2%, 4%, 6% ? C’est impossible de préciser le pourcentage exact pour l’instant. Tout dépendra du nombre de personnes qui voudront prendre des parts et du montant qu’ils voudront investir. Dans quelques mois, les salariés de Fram pourront donc devenir actionnaires de Fram – une première depuis la création du TO -, un souhait qu’ils avaient exprimé lors de le rachat par LBO en 2015. Ceux de Karavel ont des parts dans leur entreprise depuis 2007. En termes de montage, la reprise par Equistone est réalisée au travers de deux opérations séparées, ce qui ne s’inscrit pas dans une stratégie de revente (par appartement, Ndlr). Mais c’est mieux ainsi : Fram est dans une stratégie de distribution B2B, Promovacances B2C. Il nous parait important de séparer les activités et les sociétés.

Vous tablez sur une croissance de 6% à 15% cette année, pour atteindre 550M€ à 600M€. Comment ?

Pour Fram, le rebond s’accélère, avec une croissance d’environ 25% cette année. Nous avons connu 12 à 16 mois difficiles après le dépôt de bilan. La faillite d’Air Med a été un coup dur – en faisant sauter notre plan de vols. Les attentats aussi. Mais nous sommes sur une bonne dynamique, grâce à Michel Quenot (DG) et ses équipes, et à la campagne TV qui nous permet de rajeunir la clientèle. Nous prévoyons l’équilibre financier pour Fram en septembre 2019. Karavel est rentable depuis sa création.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique