Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Attaques de Barcelone et Cambrils : ce que l'on sait

| | | | par
Les Ramblas sont l'équivalent des Champs-Elysées à Paris, une artère incontournable pour les touristes.
Les Ramblas sont l'équivalent des Champs-Elysées à Paris, une artère incontournable pour les touristes.
©peresanz - stock.adobe.com

Un véhicule-bélier a foncé jeudi dans la foule sur les Ramblas à Barcelone, faisant quatorze morts, un attentat revendiqué par le groupe EI. Quelques heures plus tard, une attaque a été enrayée à Cambrils, au sud de Barcelone. En conséquence, le Quai d'Orsay a publié une dernière minute.  

 

Jeudi 17 août vers 17h00, une camionnette a délibérément percuté des piétons sur les Ramblas, l'avenue de Barcelone la plus fréquentée par les touristes espagnols et étrangers, provoquant des scènes de chaos. Le conducteur a pris la fuite.

Selon un bilan provisoire du gouvernement catalan, l'attaque a fait quatorze morts, et une centaine de blessés. Les victimes - morts et blessés - sont de nombreuses nationalités différentes, d'après les services espagnols de protection civile. La zone visée à Barcelone a été immédiatement bouclée par un cordon de sécurité. Contactée, la Maison de la Catalogne, à Paris, a précisé dès vendredi que "tous les musées sont ouverts et fonctionnent normalement".

 

Véhicule bélier, aussi, à Cambrils

Dans la nuit de jeudi à vendredi, une Audi A3 a foncé dans la foule à Cambrils, sur le front de mer de cette station balnéaire à une centaine de kilomètres au sud de Barcelone. La voiture est alors prise sous le feu d'une patrouille de Mossos d'Esquadra, la police catalane. Quatre des cinq "terroristes présumés" à bord du véhicule sont tués sur le coup, le dernier, grièvement blessé, meurt quelques minutes plus tard. Certains d'entre eux portaient ce qui ressemble à des ceintures d'explosifs.

Six civils ont été blessés par le véhicule, dont deux grièvement. La police explique, sur son compte Twitter, qu'elle considére cette attaque liée au drame de Barcelone.

De nouveaux conseils aux voyageurs

Le ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian a précisé que 26 Français ont été blessés à Barcelone, "dont au moins 11 gravement". Un tweet annonce la création d'une cellule de crise à Paris, joignable au 01 43 17 51 00.

Le Quai d’Orsay a actualisé ses Conseils aux voyageurs, dans une dernière minute publiée dimanche 20 août. "Le gouvernement espagnol a décidé de maintenir le niveau d’alerte terroriste à 4 sur 5, tout en renforçant les mesures de protection, est-il précisé. Respectez strictement les consignes des autorités espagnoles et pensez à rassurer vos proches". Le Consulat général de France à Barcelone peut être joint au numéro 00 34 699 300 749.

Des attaques revendiquées

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué l'attentat de Barcelone, dans un communiqué diffusé par son agence de propagande Amaq. "Les assaillants de l'attaque (...) étaient des soldats de l'Etat islamique", indique ce communiqué, ajoutant que "l'opération a été menée en réponse aux appels à cibler les Etats de la coalition" internationale antijihadistes opérant en Syrie et en Irak. EI a également revendiqué l'attaque de Cambrils.

La police a déployé dès samedi "un grand dispositif policier" dans la région de Catalogne. Douze membres sont soupçonnés d’avoir organisé les deux opérations, parmi lesquels un suspect est toujours recherché. Ils auraient préparé à Alcanar des explosifs destinés à des attentats de grande envergure.

En mars 2004, l'Espagne a été la cible de la pire attaque commise par des extrémistes islamistes en Europe, quand des bombes avaient explosé dans des trains de banlieue à Madrid, entraînant 191 morts. En juillet 2015, un tireur a ouvert le feu devant un hôtel à Barcelone, faisant deux blessés. Les nouvelles attaques, avec la voiture bélier pour mode opératoire, rappellent d’autres attentats, notamment ceux de Nice le 14 juillet 2016 (86 morts) et de Londres le 3 juin 2017 (8 morts).

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer