Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

XL Airways reprend son destin en main

Débarassée d'un actionnaire devenu gênant, Beachside Capital, la compagnie va devoir se serrer la ceinture. Les précisions de son patron Laurent Magnin.

XL Airways a repris son indépendance. En 2012, le fonds d'investissement américain Beachside Capital et Jean-Claude Wehrle avaient pris le contrôle du groupe XL. Mais ces actionnaires n’ont pas tenu leurs promesses, assure Laurent Magnin, PDG d’XL Airways.

Une créance non remboursée

"Lors du rachat, il y avait une créance qui faisait partie de la valeur de la compagnie. Ils avaient pris comme engagement de rembourser cette créance. Mais ils ne l’ont pas fait", rappelle Laurent Magnin. Suite à une décision de justice, la compagnie française s'est donc vue attribuer l'intégralité de ses titres, "devenant ainsi propriétaire de ses propres actions" – seule une d'entre elles étant détenue par Laurent Magnin, en tant que président du conseil d’administration.

"La compagnie a repris en main son destin par rapport à des actionnaires qui n’ont pas fait leur boulot". La compagnie, libérée de ce poids qui pesait sur son avenir, n’est pourtant pas totalement tirée d’affaires. "Le pavillon français est en train de se casser la gueule, il va falloir se battre", souligne Laurent Magnin.

Un plan d’économies et de réductions des coûts

Un plan d’économies et de réductions des coûts a été présenté en comité d’entreprise, mais aucun plan social n’est prévu. Moins de 10 postes devraient être supprimés dans le cadre de licenciements économiques et l’accent sera mis sur la productivité.

L’objectif de Laurent Magnin, qui se veut "pragmatique" est de poursuivre sa feuille de route en réglant "au plus fin" les différentes lignes, et en poursuivant son développement commercial.

Un précédent

La créance à l'origine du différend dépassait les 20 millions d'euros. Beachside Capital avait déjà réalisé une opération de ce type lors du rachat de XL Airways Germany fin 2011. Bertolt Flick, ancien président d'airBaltic accusé de corruption en Lettonie, avait été placé à la tête de la compagnie qui avait fait faillite en un an.

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire