Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

VTC : Uber for Business trace sa route… sans les agences

Le jeune service de VTC Uber for Business est utilisé chaque semaine par 2000 entreprises françaises.

Uber for Business, c’est la version entreprises du service de véhicule de transport avec chauffeur Uber. « Les employés de 2000 entreprises françaises utilisent ce service, lancé en France en 2017, indique Franck Monsauret, Head of Uber for Business France. Mais nous restons méconnus. Nous faisons figure de challenger sur le marché B2B » De nombreux concurrents occupent effectivement le terrain, de Snapcar à Marcel, de LeCab à Chauffeur Privé. Sa force, c’est la notoriété du Vtciste Uber, utilisé par 3 millions de personnes dans l’Hexagone. « Nous sommes dans l’accompagnement d’un usage existant. »

Quels sont les avantages du service professionnel ? Le paramétrage de règles pour contrôler son budget, la dispense de notes de frais pour les employés, le reporting et des tarifs qui se veulent compétitifs.

Une application bicéphale

En France, environ 10% des courses Uber for Business démarrent depuis ou vers un aéroport, et 7% au départ ou à destination d’une gare. Parmi les sociétés en compte, 80% ont moins de 500 employés. Des employés qui disposent d’une seule application, Uber bien sûr, mais peuvent facilement basculer de leur compte professionnel à leur compte personnel, et vice versa.

L’une des faiblesses d’Uber for Business, c’est peut-être l’absence d’une stratégie de référencement.  « Nous discutons avec des TMC, mais nous n’avons pas d’accord pour l’instant. » Pourtant, il y a certainement un potentiel à explorer, avec des spécialistes du voyage d’affaires notamment. Les courses peuvent être programmées 30 jours à l’avance dans l’application. Chose certaine, Franck Monsauret va explorer de nouveaux leviers pour accélérer le pas, comme en témoigne le lancement d’un service événementiel. Son équipe de sept personnes à Paris doit doubler dans les prochains mois.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique