Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Un nouveau DG pour Sabre France

Ludovic Philippo quitte le groupe Odigeo afin de prendre la tête du GDS, le 10 octobre.

Le poste était officiellement vacant depuis le mois de décembre 2012. Ludovic Philippo va remplacer Claire Gagnaire à la direction de Sabre France, alors que Bernard Molle conservera le titre de directeur commercial. A charge pour lui de relancer le GDS sur le marché hexagonal. Sabre France détient "5 à 10% de parts de marché", indique Stéphane Aïta, vice-président Europe de l’Ouest chez Sabre. La vérité se situerait dans la fourchette basse.

La nomination, à la tête de l’entreprise, d’un professionnel issu d’un groupe de voyages en ligne comme Odigeo n’est pas anodine. "Le online représente un fort potentiel de développement". Sa part atteint plus de 40% en Grèce par exemple, et environ 30% en France. "Nous restons focalisés sur les agences traditionnelles, que nous accompagnons dans la digitalisation", tient à préciser Stéphane Aïta.

A l'école d'Expedia et d'Odigeo

Depuis 20 ans, Ludovic Philippo occupe des fonctions dirigeantes dans les secteurs du voyage en ligne, de la banque de détail, des télécoms, ou du pétrole et de l’énergie.

Depuis juillet 2011, il était chief operating officer (COO) et membre du comité exécutif du groupe européen Odigeo. A ce titre, il assurait le pilotage de la relation-client des quatre marques Go Voyages, eDreams, Opodo et Travellink, pour l’ensemble des sites Internet dans le monde.

Avant de rejoindre Go Voyages en 2009, Ludovic Philippo a été en 2007 directeur des opérations France d'Expedia.

Casser le "monopole"

Sabre veut repartir à la conquête des entreprises françaises du voyage. Il annonce d’ailleurs avoir signé, au cours des six derniers mois, des contrats avec Croisitour, Fnac Voyages, Tourism Invest et PSLB Voyages (Eurafrique).

Stéphane Aïta vise 25% des segments en Europe dans cinq ans. "Je dois réussir sur tous les marchés. Je ne peux pas abandonner un marché à un monopole", ajoute-t-il en parlant du marché français et de la position hégémonique d’Amadeus.