Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

TUI France pourrait n’être pas rentable avant 2016

Diminution des capacités, nettoyage complet du parc hôtelier, recentrage des destinations… : la transformation de Marmara porte ses fruits; mais le TO reste déficitaire. L’objectif du retour à l’équilibre financier du groupe l’an prochain sera difficile à atteindre.

Le redressement de l’activité "mainstream" (séjours packagés) de TUI France n’est pas terminé, mais il est en bonne voie. C’est le message délivré mercredi matin par Pascal de Izaguirre, le président du groupe, lors de la conférence de presse de rentrée de Marmara.

"L’exercice 2013-2014 [clos au 30 septembre prochain, ndlr] de TUI France ne sera pas encore profitable [sur le tour-operating, ndlr], mais nous allons connaître une amélioration considérable de nos résultats", a-t-il indiqué. Sachant que l’activité "spécialistes" (circuits et sur mesure), portée par Nouvelles frontières, Passion des Iles et Aventuria, est d’ores et déjà rentable, le retour au vert du groupe repose presque exclusivement sur l’amélioration des résultats de Marmara.

Plus d'une dizaine de ruptures de contrats hôteliers

L’objectif sera-t-il atteint à l’issue de l’exercice 2014-2015 (clos au 30 septembre 2015), conformément à la feuille de route stratégique du groupe ? "Nous allons tout faire pour y arriver, indique Pascal de Izaguirre, et nous devrions être très proches de cet équilibre à la fin de l’exercice 2014-2015." Selon lui, la maison-mère TUI Travel a cependant reculé l’échéance à l’exercice 2015-2016. "Notre actionnaire a bien compris les difficultés du marché français et le coût très élevé qu’a représenté l’assainissement de notre parc hôtelier".

La remise à plat de la production "mainstream" au cours des dernières années a en effet conduit à plus d’une dizaine de ruptures ou de renégociations de contrats hôteliers, dont certains étaient engagés sur de nombreuses années (jusqu’à 10 ans pour les plus longs). Un nettoyage qui a nécessité des millions d’euros.

"Nous n’avons désormais pratiquement plus aucun des contrats peu performants que nous trainions comme des boulets", ajoute Pascal de Izaguirre. Outre la suppression des clubs les moins rentables, la remise à plat du parc avait aussi pour objectif la sortie des établissements jugés les moins qualitatifs, c’est-à-dire enregistrant une note inférieure à 4 sur TripAdvisor, ce qui devrait ne plus être le cas d'aucun d’entre eux à partir de 2015.

L'Espagne, destination numéro 1 de l'été

Par ailleurs, le mix destinations a été repensé, au profit des destinations européennes du bassin méditerranéen, et au détriment des destinations nord-africaines et long-courriers. Durant l’été 2014, l’Espagne est devenue la destination numéro 1 du TO (représentant 20% de ses ventes totales), grâce à une augmentation de 30% des capacités et de 31% des réservations. "Nous voulons être le TO dominant dans ce pays", a indiqué le patron du groupe. Les concepts hôteliers internationaux de TUI Travel (Magiclife, Splashworld, Couples…) commercialisés par la filiale française ont par ailleurs attiré 12 000 pax durant la saison.

Au global, Marmara annonce des ventes sur la saison été en baisse de 11%, alors que les capacités étaient en baisse de 14%, le prix moyen affichant quant à lui une hausse de 4%. Cet ajustement des stocks a permis au TO de maintenir 99% de son programme de vols et d’atteindre 93% de remplissage de ses capacités sur juillet et août, malgré des niveaux élevés de ventes de dernière minute (34% en juillet et 38% en août).

Retour de la croissance des capacités à l'été 2015

Le repositionnement de la production va se poursuivre durant l’hiver 2015, avec une nouvelle baisse des capacités en Afrique du nord et l’arrêt de la programmation de l’Ile Maurice. A l’inverse, les Canaries vont bénéficier de 40% de stocks supplémentaires, avec notamment deux clubs Marmara à Lanzarote et Fuerteventura. Toutes destinations confondues, le TO s’est engagé pour l’hiver sur 80 000 sièges (dont 65% au départ de la province), soit un niveau comparable à l’hiver précédent.

L’été 2015 devrait enfin réamorcer la hausse des capacités, le TO prévoyant de programmer 43 ou 44 clubs (dont 9 nouveaux) contre 38 en 2014. Il annonce également un très large développement de son offre d’hôtels internationaux provenant du catalogue de TUI Travel.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique