Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

TripAdvisor.fr : pour le meilleur, et pour le dire

Avec ses 10 millions de critiques et commentaires, TripAdvisor.com est une perle du web 2.0. Qui a désormais sa version française.

TripAdvisor a la fibre communautaire. Plus de 24 millions d'internautes lui rendent visite chaque mois. Le site leur permet de consulter les critiques formulées par des voyageurs, en prévision de leur prochain déplacement. 26 000 hôtels et sites touristiques font l'objet d'avis.

« Nous lisons tous les commentaires avant de les publier », assure Marc Charron, directeur général Europe. La fraude est rare, ajoute-t-il. Les hôtels hésitent à tricher. « Ils savent qu'ils s'exposeraient à des sanctions s'ils publiaient des textes élogieux à l'égard de leurs propres établissements. Nous pouvons les faire baisser dans notre classement ou les mettre à l'index pendant six mois ».

Les coups de coeur et les coups de griffe du portail peuvent intéresser les professionnels. D'ailleurs… « Depuis peu, nous vendons notre contenu à des partenaires », ajoute Marc Charron.  Les premiers clients se nomment, au Royaume-Uni, TUI et First Choice. Et American Airlines aux Etats-Unis. Expedia (UK), qui est sa maison-mère, est prévu pour la fin de l'année.
TripAdvisor.com se positionne donc comme une aide à la préparation de voyages. Depuis peu, il est disponible en français, à l'adresse TripAdvisor.fr (un million de visiteurs uniques en mars 2007, source comScore). Mais attention : si 11 000 hôtels français sont en ligne, avec 1,3 million d'avis d'utilisateurs de notre pays, l'internaute passe souvent de la langue de Molière à celle de Shakespeare. « Le voyage est global », aime à rappeler Marc Charron.
TripAdvisor, qui développe actuellement un concept de réseau (avec un système de parrainage), affiche un chiffre d'affaires supérieur à 100 M$ en 2006. « L'entreprise est très rentable », indique Marc Charron, sans plus de précision. Ses recettes proviennent surtout de campagnes publicitaires, notamment selon le principe du coût au clic.

 

 

Laisser un commentaire