Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Tourisme : l’indemnisation à 100% de l’activité partielle se poursuit jusqu’à fin juin

L’information nous est confirmée ce jour par Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage (EdV).

Encore un mois de gagné pour les professionnels du voyage. « Le chômage partiel est reconduit jusqu’à la fin du mois de juin, avec la même prise en charge qu’aujourd’hui », indique Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage (EdV).

En clair, l’indemnisation à 100% de l’activité partielle (AP) se poursuit pour les entreprises du secteur S1 jusqu’à juin 2021, sans condition de chiffre d’affaires. Les salariés continueront de percevoir 84% de leur rémunération nette. Le décret n’est pas encore publié.

« S’agissant du fonds de solidarité, il va être prolongé aux mois d’avril et de mai », ajoute Jean-Pierre Mas.

Le gouvernement poursuit ainsi sa promesse du « quoi qu’il en coûte ». « Il y a une ferme volonté du ministre de l’Economie Bruno Le Maire d’accompagner les secteurs en difficulté, en fonction du niveau de reprise de l’activité. Nous verrons comment évoluent ensuite les aides, au niveau du chômage partiel comme du fonds de solidarité. »

Frais fixes : dans l’attente du décret

Les EdV rappellent que les agences et les voyagistes n’enregistrent pas une reprise immédiate d’activité, malgré le déconfinement. « Nous n’aurons pas, comme pour les restaurants, des files d’attente. Par conséquent, la sortie d’accompagnement doit être progressive, ce que le gouvernement s’est engagé à faire. »

Autre sujet d’importance, la prise en charge des frais fixes. « Nous attendons la publication du décret. » Le plafond et le plancher pourraient être maintenus, à son grand regret. « Le plancher d’un million d’euros de chiffre d’affaires mensuel crée une inégalité de traitement des entreprises en fonction du mode de calcul de leur chiffre d’affaires. C’est une anomalie inquiétante, entre distributeurs et producteurs. » Le plafond, fixé à 10 millions d’euros, n’est pas suffisant pour les grands groupes, complète le président du syndicat.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique