Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Thomas Cook positif mais inquiet

Le réseau a renoué avec les bénéfices en 2006. Mais ces bons résultats n’éloignent pas pour autant le risque d’une restructuration.

Pour une année perturbée par l’affaire des passeports biométriques, le chikungunya et la Coupe du monde, Thomas Cook France ne s’en sort pas trop mal. Avec 4 ME de bénéfices, le réseau est certes en deçà de ses prévisions (il manque un million), mais le retour à la profitabilité est une performance à saluer, d’autant que les TO maison (Thomas Cook, Neckermann et Aquatour) sont sortis eux aussi du rouge. Autre motif de satisfaction : l’hiver en cours augure une belle année, avec des ventes tourisme au 28 février deux fois supérieures aux prévisions et des réservations qui dépassent de 10 points le budget.

Fixée sur son sort à la fin du mois

Cela suffira-t-il pour échapper au projet de restructuration, évoqué depuis plusieurs mois par la maison mère allemande Thomas Cook AG ? Rien n’est moins sûr et la filiale française devrait être fixée très vite sur son sort, sans doute d’ici la fin du mois. Olivier de Nicola, président du directoire, avait demandé en novembre trois mois de répit. Il a déjà réussi à trouver 1,5 ME d’économies, sans toucher aux effectifs. Je sais qu’il y aura un bras de fer mais je continue à vouloir tracer ma route en proposant à l’actionnaire une vision à cinq ans. En 2006, nous avons amélioré les fondamentaux, réalisé de grosses révolutions technologiques et amené nos TO à la rentabilité. Reste à savoir quel sera son avenir chez Thomas Cook France en cas de désaccord profond.

En attendant, la stratégie réaffirmée pour 2007 conserve ses trois piliers : une intégration amplifiée entre TO maison et agences, un réseau mixte avec le recrutement de concessionnaires et une distribution multicanal, Internet (avec un nouveau site début avril) restant la grande affaire. Dans les cartons aussi, un toilettage du contrat pour les concessionnaires, de nouveaux principes de référencement avec les TO partenaires et une politique marketing plus dynamique. Bref, des gages de succès, à condition que l’actionnaire soit patient.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique