Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Terre Entière est placé en redressement judiciaire

Le spécialiste des pèlerinages et voyages culturels a souffert des difficultés géopolitiques, d’une désaffection des clients pour les croisières culturelles et de la défaillance de Classic International Cruises en 2012.

Hubert Debbasch a le cœur lourd. Terre Entière, le TO qu’il dirige, a été placé le 12 mars en redressement judiciaire par le tribunal de Commerce de Paris, selon une information relayée par le site Tourmag.com.

Dans les colonnes de notre confrère, il indique que les prises de commande au début de l’année 2015 étaient en chute de 30% par rapport à l’an dernier. Dès le 2 février, le tour-opérateur, spécialisé dans les pèlerinages et les voyages culturels, s’était déclaré en cessation de paiement.

Le recul des réservations ces derniers mois est notamment du à la fin des affrètements de croisières culturelles maritimes, qui ne trouvaient plus leur public depuis quelques années. Mais Terre Entière paie aussi les conséquences de l’instabilité géopolitique constante au Moyen-Orient depuis 2011.

La Terre Sainte victime de la guerre israélo-palestinienne

Les révolutions arabes avaient déjà forcé le TO à licencier certains de ses salariés en 2012. La guerre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, à l’été 2014, a rendu les choses plus compliquées encore. Elle "a tué toute la production vers la Terre Sainte pour l'été et l'automne", confie Hubert Debbasch à Tourmag, rappelant que cette destination stratégique pour les pèlerinages représente normalement un tiers du chiffre d'affaires du TO. Et au-delà, ajoute-t-il, la Jordanie, la Turquie et l'Egypte sont également à l’arrêt.

En juin dernier, avant la guerre israélo-palestinienne, Hubert Debbasch nourrissait encore les espoirs d'une année 2014 satisfaisante. "Il n'y a pas de menace sur la trésorerie pour l'instant", nous avait-il indiqué, alors que les ventes de voyages culturels en petits groupes étaient en hausse de 30%.

Deux repreneurs "sérieux" déjà identifiés

Les finances du voyagiste restaient toutefois fragilisées par la faillite, fin 2012, de l’armateur Classic International Cruises, dont Terre Entière était le principal affréteur sur le marché français aux côtés de NDS Voyages. Contrairement à NDS, Terre Entière avait survécu à l’événement, mais en prenant à sa charge le remboursement des clients. Une opération qui lui avait fait perdre 1,5 million d’euros. "Si j'avais opté pour la cessation de paiements, ce sinistre, cumulé aux acomptes versés pour les voyages de l'automne, aurait coûté 3,9 M€ à l'APST", assure Hubert Debbasch à Tourmag.

Terre Entière est désormais placé pour 2 mois en période d’observation, jusqu’au 12 mai. Une période durant laquelle d’éventuels repreneurs pourraient se manifester. Hubert Debbasch dit avoir déjà échangé avec plusieurs d'entre eux, dont deux "sérieux". En attendant, promet-il, "personne ne sera planté". Les départs seront assurés, et l'entreprise n'affiche "aucune dette, aucun passif." Un comportement salué par Raoul Nabet, le président de l’APST, qui le qualifie d’"irréprochable".

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique