Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

SNCM : les offres de reprise ont été présentées aux syndicats

Les trois candidats à la reprise de la compagnie ont détaillé mercredi aux syndicats de marins leurs projets respectifs, qui prévoient tous plusieurs centaines de licenciements.

Les salariés de la SNCM disposent désormais d’éléments plus précis sur les trois offres fermes de reprise de la compagnie déposées auprès du tribunal de Commerce de Marseille début février. Mercredi, les représentants syndicaux du comité d’entreprise ont en effet reçu en grand oral chacun des trois candidats : l'ex-directeur du port de Marseille Christian Garin, l'entrepreneur corse Patrick Rocca, et le directeur du groupe Baja Ferries Daniel Berrebi.

Les trois projets "ont des profils différents mais reposent sur une surface financière faible", a déclaré Pierre Maupoint de Vandeul (CFE-CGC) à l'issue de ces réunions. Il a regretté par ailleurs que les "projets ne reprennent que la moitié des postes, avec le licenciement de 700 à 800 personnes". Ils s'inscrivent en outre "dans un processus contraint par les exigences de Bruxelles sur la discontinuité territoriale", selon lui. Au sein du même syndicat, Maurice Perrin a quant à lui évoqué "le risque que le tribunal de commerce se retrouve devant une impasse dans un temps très court".

Une réunion à Bruxelles le 3 mars

"Des échanges ouverts ont eu lieu pour chercher à améliorer les offres", a indiqué pour sa part la direction de la SNCM. "Les discussions restent pilotées par les administrateurs judiciaires pour proposer au tribunal de commerce le meilleur projet, c'est-à-dire le projet le plus solide, préservant le périmètre social le plus large et pouvant obtenir l'accord de toutes les parties", ajoute la SNCM dans un communiqué.

De son côté, Baja Ferries a rappelé son intention "de ne pas reprendre Toulon et Nice" et de "développer les lignes sur le Maghreb notamment la ligne Marseille-Tanger" qu'il espère ouvrir "fin juin, début juillet" s'il est choisi comme repreneur. "Mais "il faut que la décision de reprise soit effective au 1er avril".

Les trois offres de reprise vont être soumises, le 3 mars, à la commission de Bruxelles lors d'une rencontre avec les repreneurs potentiels et les administrateurs. Parmi les points que doivent trancher les autorités européennes figurent la possibilité de transmettre ou non le contrat de délégation de service public pour la liaison Corse-continent ou encore l'effacement ou non des condamnations de Bruxelles à rembourser quelque 400 millions d'euros d'aides publiques.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique