Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ski : le manque de neige a plombé la saison

Quelques semaines avant la fin officielle de la saison hivernale, les professionnels de la montagne évoquent déjà un exercice en recul.

La plupart des stations de ski françaises ont enregistré une baisse de leur fréquentation cette saison en raison du déficit de neige, selon les professionnels de la montagne. Seule une quinzaine de stations, les plus équipées et bénéficiant d’une réputation internationale attirant une clientèle très aisée, tirent leur épingle du jeu.

Selon les professionnels du ski, l'arrivée tardive des premières belles chutes de neige, constatées au début de l'année 2017, a perturbé le début de la saison et notamment la période des fêtes de fin d'année. "À l'issue des vacances de Noël, la fréquentation était en recul de 20% par rapport à 2015-2016. Fin janvier, ce chiffre est passé à -7%, puis à -1% après les vacances de février", détaille Laurent Reynaud, délégué général de Domaines skiables de France.

Une activité salvatrice pendant les vacances de février

La fréquentation touristique devrait essuyer une baisse de 3% par rapport à 2016. "Le chiffre sera probablement plus faible que la moyenne des cinq dernières années. De Courchevel à Val Thorens, ce sont les stations haut de gamme qui s'en sortent le mieux", analyse Didier Arino, directeur du cabinet d'études Protourisme, décrivant une année "moyenne" pour une "grosse moitié de stations" et "plutôt mauvaise" pour un tiers d'entre-elles.

Après un premier trimestre compliqué, les vacances de février ont enregistré une "hyperfréquentation touristique" consécutive aux chutes de neige qui ont blanchi les massifs en janvier. Les premiers indicateurs laissent à penser qu'elles représenteront "plus de 40% de la fréquentation de l'année", toujours selon Laurent Reynaud.

Le chiffre d'affaires de la période hivernale devrait au mieux rester stable, en partie grâce à la hausse des prix pratiquée par les hébergeurs et les gestionnaires des remontées mécaniques. L’exercice 2016/2017 sera définitivement terminé en mai.