Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ryanair veut créer une filiale pour contrer les effets du Brexit

Mardi 2 janvier, la low cost irlandaise a indiqué à la BBC avoir demandé une licence d’exploitation britannique afin de pouvoir continuer à opérer sur le territoire britannique en cas de ‘’hard Brexit’’.

Cette année sera celle où l’Union européenne et le Royaume-Uni envisageront leur nouvelle relation après le Brexit. Commerciale surtout. Un cadre de négociation a été proposé par la Commission européenne le 20 décembre dernier, afin de commencer dès janvier.

Ce divorce pourrait fortement perturber le trafic aérien entre la Grande-Bretagne et l’Europe continentale. Pour éviter des conséquences trop importantes, « Ryanair a confirmé aujourd’hui qu’une filiale (Ryanair UK) a déposé une demande le 21 décembre pour un certificat de transporteur aérien (AOC) auprès de la Civil Aviation Authority au Royaume-Uni », a déclaré un porte-parole de la compagnie.

« Cela pourrait être nécessaire pour les trois lignes domestiques britanniques de Ryanair en cas de Brexit difficile en mars 2019. »

Les compagnies européennes sur le qui-vive

En juillet, la compagnie aérienne low cost britannique EasyJet avait déjà créé une filiale à Vienne. Objectif : continuer à traverser l’Union Européenne après le Brexit.

Quelques mois plus tard, en octobre dernier, c’est la compagnie hongroise à petit budget Wizz Air qui annonçait qu’elle allait créer une division britannique, Wizz Air UK, afin de rendre ses opérations « Brexit ready ».