Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Ryanair : 150 vols annulés vendredi en Europe en raison d’une grève

Environ 30 000 clients de Ryanair devraient être affectés par cette grève. Notamment sur des vols au départ ou à l’arrivée d’Espagne, Belgique, Pays-Bas, Portugal, Italie ou Allemagne.

Vendredi, la compagnie annulera 150 vols – et non 190 comme annoncé précédemment – à cause d’une nouvelle grève de son personnel de cabine en Europe. En tout, 8 % des vols sont impactés, soit 30 000 clients (sur 450 000).

Selon la low cost, la responsabilité de ces annulations est imputable à « une infime minorité du personnel de cabine en Espagne, en Belgique, aux Pays-Bas, au Portugal, en Italie et en Allemagne ». Il n’empêche que ce mouvement social est un nouveau temps fort d’une contestation endémique que la compagnie aérienne peine à stopper.

Menace sur le personnel

« Ces grèves répétées et inutiles endommagent l’activité de Ryanair et la confiance des clients, au moment où les prix du pétrole bondissent. Si elles continuent, nous serons contraints de revoir la croissance de notre activité pour cet hiver et l’été 2019 », a prévenu Kenny Jacobs, le directeur marketing de Ryanair.

Rappelons que la compagnie aérienne à bas coûts a été frappée par plusieurs grèves depuis cet été, point culminant d’une grogne sociale endémique depuis un an qui l’a contrainte à engager des négociations avec des syndicats ces derniers mois. Ce qu’elle avait refusé de faire pendant ses 30 premières années d’existence.

La compagnie laisse entendre ainsi qu’elle pourrait réduire l’ampleur de son développement dans les mois à venir. Régulièrement, Ryanair menace de conséquences directes sur l’emploi les syndicats qui appelaient à la grève, par exemple en Irlande où un compromis a finalement été trouvé mais aussi en Allemagne.

Un président désavoué

Mardi, Ryanair a signé un accord avec trois syndicats du personnel navigant en Italie – mais d’autres représentants de salariés continuent néanmoins d’appeler à la grève dans ce pays vendredi. Les turbulences sociales chez Ryanair ont quelque peu atteint aussi la confiance des investisseurs et le cours de l’action de la compagnie a décroché de 20% depuis un an à la Bourse de Dublin.

Jeudi dernier, le président de la compagnie, David Bonderman, a subi un véritable camouflet lors d’une assemblée générale des actionnaires: une minorité de presque 30% s’est opposée à sa réélection au conseil d’administration, un taux remarquablement élevé dans l’univers feutré de ce genre de conclave.