Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

(Ré)vision

NULL

Alors que, d’après l’enquête Perspectives salariales 2012 du cabinet Towers Watson, le budget d’augmentation global prévu par les entreprises françaises en 2012 est de 2,5 % de la masse salariale et que le taux d’augmentation générale reste faible, à 0,7 % de moyenne, les salariés de la branche tourisme viennent d’obtenir une revalorisation de 2,4 % de leur rémunération. Une augmentation corrective, car plaquée sur l’indice de l’inflation de l’an passé, qui résulte des négociations paritaires engagées entre le SNAV et les différentes représentations syndicales. Pas de quoi pavoiser selon certains mais, au regard d’autres filières, le secteur du tourisme s’en sort plutôt bien. Ce que ne manquera pas de répéter le Syndicat national des agents de voyages, qui sait par ailleurs les difficultés de la profession dans le contexte de crise où nous nous engluons depuis de trop nombreux mois. Côté syndicats, on déplore un manque de dialogue et une situation de fait accompli improductive. Dans le tourisme comme ailleurs, ce mal français de renvoyer dos à dos syndicats et patronat a la peau dure. Cet accord obtenu finalement sans trop de heurts n’est pas sans contrepartie pour autant, et la révision de la convention collective promet d’être musclée (lire notre événement). Reste la question de fond : avec des salaires de misère, la profession attire peu les candidats à l’embauche et décourage les actifs de la branche. C’est pourtant un enjeu crucial pour une industrie non-délocalisable, rappelons-le, et dont les perspectives de développement sont mondialement établies. Alors, motiver sans jouer du ressort des espèces sonnantes et trébuchantes en fin de mois est-il possible ? Oui, si l’on entend la formation et le développement personnel comme un levier d’implications pour les jeunes collaborateurs, l’épargne et l’intéressement tel un moyen de s’impliquer à l’enrichissement global de l’entreprise, ou encore la mobilité comme une opportunité de tirer parti des expériences les plus diverses. Une évidence frappée du sceau du bon sens ? Malheureusement non…

La branche tourisme vient d’obtenir une revalorisation de 2,4 %.

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique