Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Rep Dom : les TO recommandent le passeport

La mise en place d’un passeport obligatoire pour l’entrée sur le territoire de la République dominicaine n’est pas encore finalisée. Mais le Ceto, suivant le quai d’Orsay, préfère anticiper.


L’Association de tour-opérateurs/Ceto a émis hier soir une alerte relayée par plusieurs de ses membres.

Si la carte d’identité suffit toujours pour entrer sur le territoire dominicain, les formalités pourraient changer en 2012, prévient l’organisme. "Cela pourrait intervenir rapidement, dès le premier trimestre, selon les dernières déclarations officielles mais aucune date précise n’a toutefois été annoncée". Cette mise en place est liée à la publication du nouveau Règlement sur la Loi Générale de Migration 285-04, consultable sur le site du ministère.

Le Ceto suit les préconisations du quai d’Orsay qui a fait évoluer ses recommandations aux voyageurs. Le ministère précise dorénavant sur son site que "la République dominicaine est sur le point de modifier les conditions d’accès à son territoire aux touristes étrangers. C’est ainsi qu’il sera prochainement exigé des ressortissants français, au lieu d’une carte nationale d’identité, un passeport dont la validité devra être, à la date d’entrée sur le territoire, supérieure à 6 mois. Bien que cette mesure ne soit pas encore rendue officielle, il est recommandé aux Français souhaitant se rendre en République dominicaine de se munir d’un passeport". Air France a déjà intégré cette nouvelle formalité dans son outil interne de vente.

De son côté, l’Office de tourisme à Paris semble espérer que les choses restent en l’état. Depuis 1998, un accord prévoit que pour les ressortissants français, belges, canadiens, suisses et luxembourgeois, seule la carte d’identité en cours de validité soit exigible. "Ces 5 marchés représentent plus de 1,5 million de touristes chaque année", remarque Mercedès Castillo, directrice de l’OT. "Nous n’avons pas intérêt à ce que cela change et espérons que autorités et services d’émigration trouveront un compromis".

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique