Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Trump veut davantage taxer les voyageurs

Donald Trump a dévoilé lundi son projet de budget. Il souhaite notamment augmenter les frais de la Transportation Security Administration (TSA), mais aussi vendre certains aéroports fédéraux.

Afin de financer les projets de construction, le président américain souhaite augmenter les frais de sécurité (TSA) pour chaque billet. A partir du 1er octobre, ils passeraient de 5,60 $ à 6,60 $, puis à 8,25 $ à compter de 2020. Selon les estimations des compagnies aériennes, cette proposition coûterait aux passagers 2 milliards de dollars supplémentaires par an. Rien de moins.

Airlines for America, un groupement des plus grandes compagnies aériennes nationales, a vivement critiqué la proposition, pointant la connexion entre les coûts pour les passagers et l’impact sur la croissance des compagnies aériennes. « Augmenter les taxes, sous n’importe quelle forme, augmentera le coût de vol de millions d’Américains, limitera la croissance et l’emploi « , a déclaré Nicholas E. Calio, le président et directeur général de Airlines for America.

En octobre, un sondage auprès des compagnies aériennes auprès de 1 992 électeurs inscrits a révélé que plus des trois quarts (78%) des sondés s’opposaient à l’augmentation du plafond des honoraires.

Les aéroports plutôt favorables

De leur côté, les aéroports soutiennent logiquement la proposition, expliquant que cette hausse serait en phase avec l’inflation et leur permettrait de poursuivre leurs projets de rénovation.

«Lever le plafond fédéral obsolète des frais d’utilisation des aéroports permettrait aux aéroports d’utiliser immédiatement les dollars locaux pour investir et tirer parti de ces ressources par des obligations pour multiplier leurs avantages à l’avenir – 100% conforme à ce que le président a décrit aujourd’hui », a déclaré Todd Hauptli, PDG de l’American Association of Airport Executives, a déclaré à USA Today.

Donald Trump  a  également suggéré de vendre certains aéroports nationaux comme celui de Washington et de Dulles International. L’effet de telles cessions sur les voyageurs – si la proposition de budget était approuvée par le Congrès – n’est toujours pas clair.

Vers une privatisation du contrôle aérien ?

Le président américain souhaite également retirer la mission de contrôle aérien à la FAA (Federal Aviation Administration) et la confier à une entreprise privée. Les compagnies aériennes approuvent, les usagers du transport aérien et les 14.000 contrôleurs américains également. Ils espèrent une réduction des coûts, une plus grande efficacité du système. Autrement dit une baisse des taxes et une réduction des retards.

Mais selon le site Aérobuzz, dans un communiqué publié le 12 février 2018, le président de la General Aviation Manufacturers Association (GAMA), Pete Bunce, a exprimé son désaccord profond et son inquiétude face aux propositions du gouvernement Trump de privatiser la gestion de  l’espace aérien. « Le proverbe ‘si ce n’est pas cassé, ne le répare pas’ prend ici tout son sens : pourquoi aurions-nous besoin de perturber un système entier et de le modifier, quand le système que nous utilisons est le plus sûr et le plus efficace au monde? ».

Les débats risquent d’être houleux avant la prise de décisions, prévue avant le 23 mars.

Dans la même rubrique

Les commentaires sont fermés.