';
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Nouvelle épisode pour le plan social d’Amadeus France

La cour d’appel de Versailles a confirmé mercredi le jugement du TGI de Nanterre, qui avait ordonné le 21 juillet 2005 à Amadeus France de « suspendre les projets de réorganisations en cours » et de mettre en place un plan de sauvegarde de l’emploi, a indiqué la CGT.

La direction d’Amadeus France avait annoncé en 2005 un projet de réorganisation qui ne nécessitait pas, selon elle, la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi. La CFDT avait porté l’affaire devant le TGI de Nanterre qui, le 21 juillet 2005, avait ordonné à l’entreprise de « suspendre les projets de réorganisations en cours » et de mettre en place un PSE. Entre-temps, un plan social a été annoncé, en février 2006, prévoyant 160 suppressions de postes sur 320, mais dénoncé par la CGT comme étant un « simulacre de plan social ». Dans un courrier interne de l’entreprise, dont l’AFP a eu connaissance, la direction de l’entreprise indique ne pas souhaiter « former de pourvoi en cassation contre les principes fondateurs de cet arrêt » de la Cour d’appel de Versailles.

Amadeus France est présidée par Philippe Chérèque, le frère du secrétaire général de la CFDT, François Chérèque.

 

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire