Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

NF : les syndicats veulent d’abord solder les comptes

Les discussions risquent d’être longues entre direction et syndicats à propos du plan social en projet. Mais la convergence est sur les rails et la future direction dans les starting-blocks.

Pascal de Izaguirre, président du directoire du groupe Nouvelles Frontières, veut aller vite. C’est normal. Il faut remettre sur pied sans attendre l’entreprise qu’il a présentée comme au bord du dépôt de bilan en juillet dernier pour l’inscrire dans le plan Convergence qui prévoit la fusion avec les autres marques de TUI Travel en France, Marmara, et Tourinter/Aventuria, d’ici à la fin de l’année. Dans l’idéal, le dirigeant de NF se serait donc bien vu présenter dès le 15 septembre un projet de plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Le sujet n’était toutefois pas à l’ordre du jour du Comité d’Entreprise Extraordinaire et les organisations syndicales ont tout simplement refusé d’en entendre parler.

On en reste donc aux spéculations sur l’ampleur de ce PSE qui, selon les sources, pourrait entraîner 300 à 400 suppressions de postes sur les 1 600 que devrait compter TUI Travel France. Avec ses 1 200 salariés (siège et agences), NF est évidemment plus que dans le collimateur. « Il ne faut pas confondre rapidité et précipitation », indique Jorge Partida, secrétaire général du CE (représentant FO). « Nous voulons d’abord qu’on nous explique ce qui s’est passé, pourquoi nous sommes dans cette situation. On nous dit que quelques personnes sont responsables de la déroute financière mais c’est nous prendre pour des imbéciles. TUI est un grand groupe et tous les comptes ont été validés par des commissaires aux comptes ». Les élus et représentants syndicaux FO et CGT au comité d’entreprise veulent que soit établi « un vrai diagnostic sans fard » de Nouvelles Frontières, « faute de quoi nous ne pourrons commencer à parler ni de fusion, ni de réorganisation, ni encore moins de PSE », ont-ils fait savoir dans un compte-rendu adressé aux salariés de NF. « Le dialogue n’est pas rompu », précise Jorge Partida. « Monsieur de Izaguirre est à l’écoute et c’est un bon interlocuteur. La fusion voulue par l’actionnaire est par ailleurs sans doute une nécessité et nous nous réjouissons qu’elle mette fin à une concurrence stérile entre Marmara et NF. Mais, on nous doit des explications ».

UN NOUVEL ORGANIGRAMME SAVAMMENT DOSÉ

Les discussions ne font donc que commencer avec un calendrier qui se calera plus vraisemblablement sur l’année 2012, entre février et la fin de l’exercice au 30 septembre. D’ici là, TUI Travel France aura vu le jour avec des marques préservées et une équipe de direction dès à présent composée. Pascal de Izaguirre a présenté le nouvel organigramme, savant dosage qui permet de contenter toutes les parties. Même si l’état-major de Marmara semble prendre la main, le consensus autour des personnalités choisies est de bon augure.

Le comité exécutif accueille Bart Brackx, responsable de TUI Travel Europe de l’Ouest et Hervé Vighier, président de Marmara aux côtés de Pascal de Izaguirre. Florian Vighier directeur général de Marmara et Christophe Perot, directeur général de Tourinter/Aventuria se partagent la direction du tour-operating, le premier en charge du mainstream, le second des circuits. Aux autres postes de direction, Marmara est en force avec René Thibaud, actuel directeur commercial du TO (mais ancien très apprécié chez NF) qui prend en charge le BtoB, Olivier Roche qui élargit ses fonctions de directeur du e-commerce à l’ensemble du groupe, de même Sébastien Boucher au marketing et Sami Tritar (également un ancien de NF passé chez Marmara) à la direction financière. Pierre Pelissier jusqu’à présent directeur général Distribution Nouvelles Frontières dirigera tout le nouveau réseau, Armand Catallo reste directeur des systèmes d’information, Isabelle Michalak à la direction des ressources humaines et des affaires juridiques, Martine Haas (ex-Coface) arrive à la direction de la communication. « Dans une fusion, il faut que tout le monde s’y retrouve. Cette nouvelle équipe nous satisfait », approuve Jorge Partida.

Les résultats 2011 de Tourinter au beau fixe

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique