Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

MSC et Costa Croisières annulent toutes leurs escales à Tunis

Les deux compagnies de croisières ont annoncé que leurs navires ne jetteront plus l'ancre Tunis, au lendemain de l'attaque dans laquelle certains de leurs passagers ont été touchés.  

La compagnie MSC, dont 9 passagers comptent parmi les 20 étrangers tués lors de l'attentat au musée Bardo, a annoncé jeudi qu'elle renonçait à ses escales à Tunis. Les paquebots MSC Splendida, Fantasia et Preziosa sont concernés, et suivront donc de nouveaux itinéraires.

Costa applique également le principe de précaution, même si le quai d'Orsay se contente d'appeler les ressortissants français à être "particulièrement vigilants" en Tunisie. "Après ce qui est arrivé à Tunis, nous avons décidé d'annuler toutes les prochaines escales de nos navires à Tunis, prévues sur le Costa Fortuna, le Costa Favolosa et le Costa neoRiviera", a annoncé le groupe italien. 13 de ses clients manquent toujours à l'appel suite à l'attaque de jeudi au musée Bardo de Tunis.

Le Seto vient de décider de suspendre ses excursions sur les sites en Tunisie, jusqu'à nouvel ordre.

Une destination déjà à la peine

Le tourisme tunisien, qui représentait 7% du PIB avant la révolution du jasmin, paie un lourd tribut depuis le printemps arabe. Après l'attaque qui a fait mercredi 22 morts au total, le président tunisien Béji Caïd Essebsi s'est engagé à combattre "le terrorisme (…) sans pitié". "Je veux que le peuple tunisien comprenne que nous sommes en guerre contre le terrorisme et que ces minorités sauvages ne nous font pas peur", a-t-il déclaré dans une brève allocution télévisée.

L’attentat constitue la première attaque visant des étrangers depuis la révolte de 2011 en Tunisie, selon les autorités. En 2014, le nombre de touristes a enregistré une baisse de 3,2%, passant de 6,27 à 6,07 millions en un an, d'après le ministère tunisien du Tourisme. Celui en provenance de l'Hexagone a encore reculé de 6,1% l'an dernier. Le baromètre annuel du Syndicat des entreprises de tour-operating (Seto) confirme la crise de confiance durable du marché français à l'égard de la destination : les TO membres ont terminé l'exercice commercial 2013-2014 avec un retrait de 22% du nombre des forfaits vendus.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique