Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Michel-Yves Labbé parie 150 000 euros sur l’ultra-dernière minute

Le fondateur de Directours lance son application mobile Départ Demain. Nous l’avons interviewé, pour connaître les investissements et les objectifs qui se cachent derrière son nouveau projet.

 

L’Echo touristique : Comment comptez-vous procéder, avec les TO et autres fournisseurs ?
Michel-Yves Labbé :
Je compte appeler les tour-opérateurs dès le mardi, pour voir comment se présente la semaine au niveau des ventes. Deux jours plus tard, nous nous entendrons éventuellement sur les prix et les disponibilités. Les produits, qui seront plutôt des séjours moyen de gamme, seront commercialisés du jeudi à 21 h, jusqu’au vendredi à 18 h pour un départ le samedi. Je vais demander des prix nets.

Quelle sera la promesse-prix ?
Ma volonté est d’afficher des prix inférieurs à tous ceux du marché, puisque je suis le dernier maillon de la chaîne. Idéalement, des tarifs à -20% et -30% en moyenne, que nous justifierons auprès des clients en expliquant qu’il s’agit d’annulations ou de retours de stocks. La première vente est prévue le 23 octobre.

Quel est l’objectif, en termes de ventes ?
Mon projet est de programmer environ 52 ventes au cours des 12 prochains mois, soit l'équivalent d'environ 2500 passagers. Je suis confiant, les voyagistes vont me donner des produits. Ce qui risque éventuellement de me manquer sont les week-ends et les courts-séjours.

Les TO écoulent déjà leurs invendus en direct, sur leurs propres sites Internet.
Ma force, c’est de regrouper plusieurs tour-opérateurs sur une même application. Départ Demain est une place de marché de l'ultra-dernière minute, avec un positionnement unique, à mi-chemin entre Voyage Privé et Verylastroom.

Lastminute.com était sur ce terrain de la dernière minute, et a dû s'en écarter…
Lastminute.com a eu son époque, mais s’est dévoyé en ouvrant ses ventes de 2 jours à plusieurs mois du départ.

Qui possède le capital de Départ Demain ?   
Je possède la majorité du capital. Olivier Kervella (PDG de NG Travel, Ndlr) en détient 9%.

Quel est le montant de l’investissement pour le lancement de l'application ?
L’investissement technologique se monte à 70 000 euros. La communication, qui passera surtout par une agence de community management, coûtera environ autant. C’est un pari à 150 000 euros, que je m’offre pour mes 65 ans. Mon but est d’équilibrer les comptes l’an prochain hors amortissements, même si je ne suis pas absolument sûr de réussir, puisque le concept est inédit. Je n’ai pas d’employé, ni de frais de structure pour l'instant. Tout est externalisé, y compris les carnets de voyages. Départ Demain est domicilié chez moi, et fonctionne en mode low cost, à l'image d'une start-up. Quand on crée une société, il faut mourir de faim au départ. Ce n'est plus mon cas, mais je fais comme si.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique