Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les touristes reviennent un an après le tsunami

Un an après les tsunami, Thailande, Sri Lanka et Maldives retrouvent peu à peu leur fréquentation touristique.

La Thaïlande a déployé de gros efforts pour attirer de nouveau les visiteurs sur ses plages et, comme au Sri Lanka ou aux Maldives, les autorités et les acteurs de l’industrie touristique ont cherché à vite effacer les terribles images de destruction et de mort.

La remise en état de Phi Phi Island, où des hôtels luxueux côtoient des cabanons pour hippies, se poursuit toutefois lentement en raison de l’indécision du gouvernement sur la manière de relancer le tourisme dans l’île. Les plages de la province de Phang Nga, notamment celles de Khao Lak, autre zone touristique du sud de la Thaïlande, sont elles aussi en pleine reconstruction.En revanche, on assiste à un retour progressif à la normale dans de nombreux autres endroits comme l’île de Phuket. En octobre, le taux d’occupation des chambres était de 78%, en novembre de 65% et, après le 20 décembre, il devrait être de 85 à 90%, indique Stephen Magor, directeur général du Laguna Beach Resort, un imposant complexe hôtelier.

Au Sri Lanka, autre destination touristique particulièrement touchée par le tsunami, le nombre de visiteurs étrangers est en augmentation pour les 10 premiers mois de l’année (+3% par rapport à 2004).

Mais tous n’étaient pas des vacanciers, explique Prathap Ramanujam, numéro deux du ministère du Tourisme. Parmi ces personnes, il y avait aussi des travailleurs humanitaires venus pour la reconstruction et des Sri-Lankais ayant une double nationalité et qui n’ont pas séjourné dans des hôtels, précise-t-il.

 

Seule une poignée d’hôtels sont restés fermés après le tsunami mais le taux d’occupation des chambres se situe aujourd’hui autour de 50%, selon des sources de la profession.

 

Par ailleurs, la décision des autorités sri-lankaises d’interdire toute reconstruction dans une zone tampon de 100 mètres sur les plages affecte la reprise de l’activité touristique, affirme Manoj Jayasuriya, maire de la localité de Hikkaduwa.

 

Dans l’archipel voisin des Maldives, qui compte près de 1.200 îles coralliennes, 15 hôtels sur 87 sont restés fermés à la suite du raz-de-marée, indique l’Autorité chargée du tourisme.

 

Chaque année, les Maldives reçoivent 600.000 vacanciers mais ce chiffre devrait être en baisse d’environ 30% en 2005, selon des estimations de la profession.

 
En Malaisie, les effets du tsunami sur le tourisme ont disparu en six mois, selon Andy Fong, de l’Association malaisienne des hôtels, tandis qu’en Indonésie, pays qui a enregistré le plus grand nombre de victimes, les vagues n’ont pas atteint Bali qui a par ailleurs souffert du terrorisme.

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire