Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les territoires prennent leurs marques

Pour rayonner à l'international, se démarquer, attirer touristes et investisseurs, de plus en plus de métropoles, villes et régions françaises se dotent d'une marque de territoire.

En bon jargon marketing, on appelle cela le territorial branding, soit le postulat selon lequel les collectivités territoriales, villes, régions et même pays, peuvent être travaillés comme des marques avec les mêmes objectifs (affirmer avec force une identité, des valeurs, des atouts dans un contexte concurrentiel) et les mêmes méthodes (un nom, un slogan, un logo, une communication dédiée…). «I love NY», «Lond-on», «I amsterdam»… les marques de territoire fleurissent sur tous les continents y compris dans l'Hexagone.
Si le gouvernement a confié en octobre dernier à l'agence Mc Cann (celle qui s'occupe entre autres des budgets Nespresso ou L'Oréal) la mission d'élaborer une stratégie pour la marque «France», plusieurs villes et régions ont déjà sauté le pas. Only Lyon, So Toulouse ou encore Angers Loire Valley ont résolument opté pour l'anglicisme avec des visées de reconnaissance internationale évidentes quand «Paris» n'a besoin de rien d'autre que de son nom pour rayonner. La Bretagne, précurseur en marquage de territoire, a préféré «Bretagne» en bon français plutôt que Brittany alors que la marque «Côte d'Azur», créée en 2009 par le CRT, accole un «French Riviera» évocateur dans le monde entier. Dernière initiative en date, celle des régions Centre et Pays de la Loire qui ont présenté le 19 février leur nouvelle marque touristique commune «Val de Loire», soit la mise en avant souhaitée d'un territoire de châteaux et de vignobles qui englobe le plus vaste site français classé par l'Unesco mais qui manque encore d'identité et de notoriété. «Le Val de Loire concentre environ 12 millions de nuitées annuelles dans les hôtels et les campings, dont 23% sont le fait de clientèles étrangères. Mais dans la partie occidentale de la Loire, on est plutôt à 15% d'étrangers», souligne l'Agence régionale Pays de la Loire Territoires d'Innovation qui mise sur le territorial branding pour «émerger».%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique