Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les sites de Selectour et d’Afat fusionnent

 » Le site Selectour-afat.com met le conseiller-expert dans la boucle de la relation-client. Découvrez la feuille de route web-to-store du réseau volontaire. »

En cours de finalisation, Selectour-afat.com n’aura "rien à voir avec les deux sites actuels", promet Jean-Luc Dufrenne, président de la commission communication et marketing du réseau volontaire. Ce site unique, voué à remplacer Afatvoyages.fr et Selectour.com, sera officiellement présenté lors du congrès 2013 du réseau, organisé du 28 novembre au 1er décembre à Mazagan (Maroc).

"Nous mettrons le conseiller-expert au cœur de notre site Selectour-afat.com", promet Jean-Luc Dufrenne. "A chaque étape de la consultation d’un produit, nous proposerons une mise en relation avec une agence, par téléphone, par mail, ou par chat". L’idée, c’est aussi d’identifier 3 ou 4 experts par destination ou thématique proposée.

Un projet qui n'est pas sans rappeller Partiravec.com : Philippe Demonchy avait présenté ce site d’experts à l'occasion de Top Resa 2006. Trois ans plus tard, le fondateur et ancien directeur général de Selectour jetait l’éponge : "Les agences ne répondaient pas toujours aux demandes des internautes", avait-il justifié. Partiravec.com voulait créer des passerelles entre les internautes et des spécialistes (ski, golf, croisières…). Une bonne idée, qui passe par une forte mobilisation des professionnels, insufflée par le siège.

Au nom du web-to-store

"Nous devons mener un très important travail d’information et de pédagogie auprès de nos 4000 vendeurs", reconnaît Jean-Luc Dufrenne. Il faut bien qualifier les experts et les inciter à nourrir le site, notamment en avis. Un système d’incentives est prévu. Selectour Afat a créé une commission cross-canal piloté par Cecile Eglessies (Cap Soleil), pour déployer des outils créant de la porosité entre le web et les agences. Si une agence hérite d’un dossier web, elle reversera 8 à 10 euros au réseau. C'est l'illustration du web-to-store : le voyageur monte son projet de vacances sur Internet, et le finalise avec un conseiller de proximité.

Le client pourra aussi réserver et payer son voyage en ligne, la vente sera alors attribuée au siège. "Internet est devenu la place du village, mais ce n’est pas à nous de dire au client d’aller en agence", ajoute Jean-Luc Dufrenne.

"Nous souhaitons que le site génère du chiffre tant sur Internet qu’en agence, c’est l’essence même de notre nouveau dispositif. Nous ne  nous  positionnons pas sur un objectif de performance de chiffre d’affaires sur notre site". Le premier réseau volontaire d'agences de voyages refuse de livrer le montant actuel des ventes mensuelles.

 

Sur la page d'accueil, les avis d'experts (au nombre de 850) sont à gauche, alors qu'un "store locator" positionné à droite permet de choisir un point de vente de proximité. A moins que l'internaute préfère appeler le call center. Cliquez sur l'image pour mieux visionner depuis votre ordinateur :

Après consultation du devis, l'internaute peut "payer en ligne et bénéficier du suivi du dossier et des conseils de l'agence la plus proche" :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique