Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le zoo de Vincennes fait peau neuve

 » Le Parc zoologique de Paris rouvrira ses portes, pour ses 80 ans, le 12 avril prochain, après une rénovation complète qui aura duré près de deux ans et demi. « 

On dit que ce sera l'un des plus beaux zoos du monde. La réouverture, le 12 avril prochain, du Zoo de Vincennes, fermé depuis 2008, promet en tout cas d’être l’un des grands évènements parisiens de l’année après plus de deux ans de travaux pharaoniques.

Des enclos en immersion

Le jardin zoologique sera découpé en cinq aires géographiques : Sahel/Soudan, Patagonie, Europe, Guyane-Amazonie, Madagascar. Les visiteurs iront d’une zone à l’autre, sur un parcours de 4 km de long (soit environ deux heures de déambulation). De grandes baies vitrées permettront de voir l’intérieur de certains enclos, comme en immersion.

Un vivarium et une volière

A chaque fois qu’ils changeront d’aire géographique, les visiteurs passeront un kiosquequi leur délivrera des informations scientifiques sur la zone quittée via des panneaux et des écrans.

On retrouvera évidemment, dans la zone Europe, le grand Rocher (65m de haut, 354 marches), emblématique du zoo depuis son inauguration en 1934. Il abritera un tout nouveau vivarium avec reptiles, amphibiens et invertébrés.

A deux pas et dans le prolongement du Rocher, nouvelle elle aussi, la Grande Volière Art Déco (plus de 2000 m2 où l’on pourra pénétrer) sera accrochée et habitée par des oiseaux en vol libre, dont des vautours.  

Une serre intelligente

L’attraction du nouveau parc sera cependant la grande serre tropicale qui abritera faune et flore de la Guyane et Madagascar. Avec 75% d’hygrométrie et 25°, elle reproduira le climat des zones tropicales humides.

Cette voûte de verre, membrane intelligente de 4000 m², 100 mètres de long et 16 mètres, en lieu et place, de l’ancien Rocher des Singes est présentée comme une prouesse architecturale. Elle s’adapte en effet aux conditions climatiques parisiennes pour recréer exactement les conditions tropicales de Guyane et de Madagascar.

Au total, un millier d’animaux, et 170 espèces, peupleront les 14 hectares du site. Il n’y aura plus d’ours, ni d’éléphant car ils n’auraient pas de surface suffisante pour se sentir à leur aise. En revanche, girafes,  lions et  rhinocéros seront encore présents dans le nouveau parc.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique