Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le tourisme mexicain tient salon à Paris, malgré la grippe

22 exposants étaient rassemblés, mardi, pour le 6ème workshop parisien du Conseil de promotion touristique du Mexique (CPTM). Les réceptifs, destinations et hôteliers participants veulent croire à la rémission du secteur malgré la grippe A. Ils poursuivront leur campagne de promotion à Lyon, Lausanne, et Bruxelles, dans le cadre de la toute première « caravane mexicaine », une opération d’un coût de 60 000 à 80 000€. « Nous avions décidé de mettre en place cette caravane face à la crise. Nous n’avons jamais envisagé d’y renoncer », souligne Jorge Lombard- Moutte, directeur du CPTM. « Sur les trois premiers mois de 2008, la France est devenu le premier marché européen, devant l’Angleterre et l’Espagne ».

Interrogé sur la crise sanitaire, Jorge Lombard- Moutte est serein : « Le gouvernement mexicain a pris les mesures appropriées, en fermant les écoles, les musées et même les églises, alors que le pays est très religieux ». En revanche, il se montre plus mesuré à l’égard de la position de l’Association de tour-opérateurs/Ceto. « Le Ceto a été un peu dur. Nous aurions aimé lui parler avant qu’il annonce la suspension des départs jusqu’à fin mai. Mais, il voulait protéger les clients, c’est respectable.

Le Mexique a hâte de se remettre en selle en tant que destination, à travers des opérations publicitaires. « En général, nous menons nos campagnes de promotion en septembre, pour un montant de 500 000 euros sur le marché français ». Histoire de préparer la haute saison, soit l’hiver.

Pendant ce temps, le taux d’occupation des hôtels de Mexico sur place chute dangereusement. Il est passé de 36,1% le 26 avril, à 24,4% le 3 mai. C’est 50,7% de moins qu’un an plus tôt. L’institut espère une reprise rapide, même s’il craint que la saison estivale soit calme. Les autorités mexicaines préparent déjà le terrain. Le pays prévoit un plan de relance global de l’économie de 1,3 milliard de dollars. De cette enveloppe, 15 millions d’euros seront consacrés à la promotion du tourisme, qui représente la troisième source de revenus. Le Mexique, qui accueille 23 millions de touristes par an, estime à 2 milliards de dollars les effets de la grippe A. 2 millions de personnes vivent du tourisme, troisième source de revenus après le pétrole et les devises des expatriés.