Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le Snav et la SNCF campent sur leurs positions

« Le syndicat n’interviendra pas sur la politique commerciale des distributeurs, pointée du doigt par la compagnie ferroviaire, mais leur conseille d’appliquer de « justes frais ». »

Georges Colson, le président du Snav, n’a pas apprécié les menaces de Denis Wathier, le directeur commercial de Voyages France/ Europe de la SNCF, suite à l’augmentation des frais perçus par certaines agences sur la vente de produits ferroviaires. Le phénomène entraînerait chaque mois une cinquantaine de plaintes de PME-PMI, selon la SNCF, qui n’a cependant pas divulgué les noms des entreprises.

Vers la fin de la commission ?

La SNCF tâte le terrain sur une possible suppression de la commission, estime Georges Colson, qui rappelle que Guillaume Pépy, directeur exécutif de la SNCF, s’est engagé sur un statu quo lors du dernier congrès du Snav [10 % à l’international, 7,8 % pour la France], et que la convention si-gnée avec la SNCF en 2002 n’a pas été remise en cause devant Christine Baal, la présidente de la commission Fer au Snav. Cette dernière réfute d’ailleurs les arguments de la SNCF, concernant les conséquences éventuelles d’une augmentation des frais de services, à savoir un basculement de la clientèle de la 1re vers la 2de classe, ou vers d’autres modes de transport.

Elle insiste au contraire sur les points forts des agences, avec des ventes qui ont progressé de 1,6 % de janvier à fin mai 2005, un panier moyen plus élevé (36 E) que pour les ventes directes du transporteur, une part de 20 % du chiffre d’affaires Grandes Lignes de l’entreprise, et jusqu’à 54 % de ses ventes en 1re classe… Le bilan est positif et les projets ne manquent pas avec la SNCF, telle la distribution exclusive en agences du billet électronique, à partir de fin 2005, annonce Christine Baal.

Les agences veulent le fromage et le dessert

En conséquence, même si la SNCF entend faire un nouvel état des lieux à Top Resa, le Snav affirme que le transporteur doit respecter la liberté des commerçants et que le syndicat n’a pas vocation à intervenir dans la politique commerciale de ses adhérents. La commission couvrant une large partie de la vente (promotion, réservation, émission…), Georges Colson conseille toutefois aux distributeurs d’appliquer de justes frais, justifiés par rapport aux services supplémentaires apportés aux clients.

Reste que si ces services sont réels pour les entreprises, ils sont plus contestables pour la clientèle de passage, qui paie pourtant elle aussi souvent des frais lorsqu’elle achète un billet de train en agence. Interrogé cette semaine, Guillaume Pépy considère toujours le coup de gueule du transporteur justifié. En augmentant les frais, les agences ont porté un coup de canif à la convention. Elles veulent le fromage et le dessert. Cette attitude est totalement improductive, insiste-t-il, pointant le fait que les ventes de la SNCF en agences ont baissé de 1 % en juin. d

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique