';
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le Sea Diamond fait encore des vagues

 

Des passagers français rescapés du naufrage du Sea Diamond envisagent de mener une action en justice contre la compagnie Louis Hellenic Cruise et les voyagistes pour obtenir le remboursement de la croisière et des dommages et intérêts. Un groupe de passagers qui avait embarqué avec le TO Marmara a ainsi créé un site Internet  (http://www.association-seadiamond.fr/), où chacun raconte son expérience et son vécu du naufrage.

Serein, Yannis Vassilakopoulos, le représentant français de l’armateur que nous avons contacté précise que les dédommagements prévus selon la Convention d’Athènes ont été versés par les compagnies d’assurance. Et d’ajouter : l’ensemble des passagers ont été pris en charge à la suite de l’accident qui est survenu le dernier jour de la croisière.

Ces passagers reprochent notamment à Marmara de ne pas avoir organisé immédiatement leur rapatriement en France. Sur place, le TO les a relogés jusqu’au dimanche qui a suivi le naufrage (intervenu le jeudi après-midi) dans ses clubs à proximité d’Athènes , notamment au Mare Nostrum prenant en charge l’ensemble de leurs frais dans le cadre d’une formule tout inclus. Une enveloppe de 200€ par personne  leur a par ailleurs été remise pour faire face aux dépenses de première necessité, tous ayant perdu leurs bagages dans le naufrage. Ils ont ensuite été tous ramenés en France où leurs frais de transport,  post acheminements, taxis… étaient pris en charge. Cette prise en charge que nous avions à l’époque relatée sur notre site Internet et dans notre journal vient contredire les informations diffusées lundi dans un article du journal Le Parisien où le journaliste affirme que les passagers ont du contacter eux-mêmes les assurances [et] organiser leur rapatriement.  Dans le même article, un passager affirme d’ailleurs que chaque passager s’est vu proposer  par la compagnie 1400€ de dédommagement plus une prime de 1000€, somme qui ne semble donc pas suffisante à leurs yeux. Réponse dans quelques semaines voire quelques mois si l’affaire arrive effectivement devant une cour de justice. 
crédit photo : © STR/AFP


 

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire