Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le jour de gloire ?

Voilà des années que les compagnies de croisières occupent le devant de la scène, avec des résultats mitigés. Certes, Costa fend les flots avec dynamisme. Mais au vu des investissements consentis, tant en publicité qu'en opérations commerciales auprès des agences, on peut se demander si ses 150 000 passagers français en 2007 satisfont réellement son [...]

Voilà des années que les compagnies de croisières occupent le devant de la scène, avec des résultats mitigés. Certes, Costa fend les flots avec dynamisme. Mais au vu des investissements consentis, tant en publicité qu’en opérations commerciales auprès des agences, on peut se demander si ses 150 000 passagers français en 2007 satisfont réellement son appétit. Surtout, derrière, le fossé demeure énorme.

Le challenger MSC pèse encore quatre fois moins lourd malgré sa forte croissance cette année, et la plupart des TO tentés par l’aventure maritime ont jeté l’éponge. Résultat : Marmara à lui tout seul envoie chaque année autant de clients en Tunisie que toutes les compagnies de croisières réunies embarquent de passagers français ! Les premiers chiffres disponibles laissent apparaître une croissance de 20 % cette année.

Faut-il y voir le début de l’éclaircie ? Toujours est-il que, persuadés que l’offre finira par créer la demande, Costa et les autres continuent à y croire. Et chacun d’espérer que le 23 octobre constituera un déclic salutaire. ?Le jour de la croisière?, en emportant dans son sillage 724 agences, a déjà réussi son premier pari. Il s’agit maintenant qu’ensemble, fournisseurs et distributeurs confirment l’essai.

D’autant que les deux prochaines années s’annoncent décisives tant l’offre va être décuplée : deux nouveaux paquebots chez MSC, autant chez Costa, un nouvel opérateur à Marseille (Croisières de France) qui, avec 15 000 passagers espérés dès 2008, entend d’emblée entrer dans le top 5, l’arrivée de CroisiEurope sur le créneau de la croisière maritime, ou encore le renforcement de l’offre de Croisifrance.

Une farouche guerre des prix pourrait s’en suivre. Sans compter qu’avec autant de fournisseurs aux patronymes si proches, les agences pourraient bien s’emmêler les pinceaux, alors même que l’on attend d’elles des exploits. Car si l’on additionne les objectifs annoncés par les uns et les autres, ce sont 600 000 clients français qui devraient se laisser séduire par la croisière en 2012, un doublement du marché en cinq ans ! Bref, une cruelle désillusion n’est pas à exclure…

Thierry Beaurepère, rédacteur en chef

Réagir à cet article

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire