Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Le CETO condamne la méthode Thomas Cook

Les voyagistes de l’association réunis hier en comité exécutif ont pris une position qui se veut ferme et unie après le prélèvement arbitraire et rétroactif opéré par le réseau fin août.

 

"Cette décision, qui contrevient à tout code élémentaire de bonne conduite dans les affaires, constitue une atteinte au métier du tour-operating » attaque le communiqué de l’association de tour-opérateurs publié hier. "Le CETO désapprouve fermement la décision du réseau de distribution Thomas Cook ayant consisté à prélever arbitrairement et par compensation, dans l’échéance du mois d’août, la facturation d’une sur-commission de 1,5% à la plupart des tour-opérateurs partenaires du réseau Thomas Cook. Cette sur-commission non prévue dans les contrats et jamais évoquée avec les intéressés est particulièrement inadmissible et encore plus dans son caractère rétroactif ", poursuit le communiqué sans préciser toutefois l’éventuelle suite juridique que les TO comptent donner à cette affaire. Il se contente de rappeler que « les tour-opérateurs ont géré avec professionnalisme et une formidable réactivité une année exceptionnelle en évènements géopolitiques (…). Au-delà de la décision, le CETO regrette donc d’autant plus que le réseau Thomas Cook ait pris une position qui tend à ignorer la mobilisation et l’effort exceptionnel de la profession du tour-operating pendant cette période, qui s’est faite dans l’intérêt de tous les acteurs du secteur et des distributeurs en particulier »…, ce dont Thomas Cook n’a visiblement que faire. De nombreux TO s’attendent même à une seconde ponction en septembre sur les ventes d’août. Concernant les "projets institutionnels en cours", en l’occurrence la déjà très controversée fédération des métiers du voyage, " le CETO prendra le temps de consulter une nouvelle fois ses membres, mais considère qu’il n’est pas à propos de les remettre en cause pour ce motif."  Le président de l’association, René-Marc Chikli, qui  précise « avoir par ailleurs longuement commenté cette position au président de Thomas Cook France, dès la naissance du différend », risque toutefois de devoir déployer des trésors de persuasion pour sauver ce qui peut encore l’être tant la méthode Thomas Cook a scandalisé.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique