Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’avenir de OuiCar passe par les gares et les agences en ligne

Le jeune loueur de voitures entre particuliers développe une API pour ouvrir sa distribution, tout en s’installant dans les gares SNCF. Quitte à concurrencer Hertz, Avis et autres Europcar.

Connaissez-vous OuiCar ? C’est une plate-forme de location de voiture entre particuliers, née en 2012 dans la mouvance de l’économie collaborative. C’est aussi l’un des « survivors » dans son domaine, avec 1,6 million de membres. « Il y a cinq ans, nous étions une quinzaine d’acteurs, raconte Benoît Sineau, PDG de OuiCar. Aujourd’hui, nous sommes deux principaux opérateurs : Drivy, qui est davantage positionné sur le business travel, et nous plus spécifiquement dans le loisir ».

Se développer dans un tiers des gares

OuiCar agrège 30 000 véhicules, soit autant que certains loueurs traditionnels, mais avec nettement moins de disponibilités puisqu’il s’agit de voitures appartenant à des particuliers, mises à disposition quelque heures à quelques jours par semaine. « Notre principal levier de croissance, c’est l’augmentation de notre offre, partout. » A charge pour la plate-forme de convaincre des propriétaires, qui empochent 70% du montant de la location (contre 15% pour OuiCar, et 15% pour Axa).

OuiCar va s’appuyer sur la SNCF, son actionnaire à 89%, afin de renforcer son maillage territorial. « Nous sommes une solution alternative à la location de voiture classique en gare. Nous souhaitons être présents dans un tiers des 3250 gares françaises en 2020, contre une quinzaine aujourd’hui », poursuit Benoît Sineau. A titre de comparaison, le loueur Avis est présent à travers ses agences dans 170 gares en France.

Une API pour 2019

Dans le même temps, OuiCar devra élargir la distribution. Pour ce faire, l’entreprise compte travailler avec des distributeurs tiers. « Courant 2019, nous aurons une API, qui nous permettra notamment d’être distribué par des agences de voyages en ligne. »

Industrialiser la location entre particuliers passera par la poursuite de l’automatisation du service, sans le dégrader. Il faut ainsi démocratiser la fonctionnalité Connect, qui transforme le smartphone en clé, et dont seulement quelques centaines de véhicules sont équipés.

« Notre positionnement évolue avec la simplification de nos services. Avant, vous aviez un contrat papier, un chèque de caution. Aujourd’hui, via notre application, 3 minutes peuvent suffire pour récupérer un véhicule. Nous sommes passés de la location à un service de mobilité, au même titre que le RER, le train, l’avion. »

Une levée de fonds conséquente, en 2019, devrait permettre de soutenir cette stratégie de croissance. « La SNCF a vocation à rester au capital, mais sa participation sera diluée », ajoute le PDG.

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique