Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La Tunisie obtient un siège au Bureau exécutif de l’Organisation mondiale du tourisme

Représentée par René Trabelsi, son ministre du Tourisme, la Tunisie a été désignée pour siéger au bureau exécutif de l’OMT pour une durée de quatre ans.

La Tunisie s’offre une nouvelle visibilité sur l’échiquier touristique international. La destination vient en effet d’obtenir officiellement une place au Bureau exécutif de l’Organisation mondiale du tourisme, pour une durée de quatre ans, d’après différents médias tunisiens. La Tunisie fait donc partie des 6 pays choisis pour représenter le continent africain. Elle sera représentée par René Trabelsi, le ministre du tourisme de la Tunisie. Cette décision a été annoncée dans le cadre de la 23e session de l’Assemblée Générale de l’Organisation Mondiale du Tourisme, qui se tient cette semaine à Saint-Pétersbourg, jusqu’au 13 septembre. Plus d’un millier de participants issus de 124 pays s’y sont rendus pour prendre part à des échanges abordant des sujets clés tels que le rôle du tourisme dans la promotion du programme de durabilité, de coopération public-privé et la place de l’innovation et de l’esprit d’entreprise du tourisme. L’assemblée générale de l’OMT se tient tous les deux ans. 

Une période clé pour la Tunisie

Avec cette nomination, la Tunisie confirme aussi son retour après des années difficiles et se donne les moyens de peser davantage dans le secteur. Cette nomination intervient  alors que la Tunisie vit une période charnière pour son tourisme. La destination espère renouer l’an prochain avec les performances record de 2010 et les quelque 1,4 million de français qui se rendaient en Tunisie, alors à son plus haut. De nombreuses ouvertures hôtelières sont attendues dans les mois qui viennent, avec notamment l’arrivée, symbolique, du premier hôtel de la marque Anantara à Tozeur. Une ouverture qui illustre la diversification stratégique que s’efforce de mener la destination sous l’impulsion de René Trabelsi, qui espère, en élargissant l’offre, lisser la saisonnalité, augmenter les recettes et mieux les répartir sur l’ensemble du territoire. L’ouverture du ciel tunisien, dépendante notamment du Brexit, devrait aussi permettre à la Tunisie de franchir une étape majeure dans le développement de son tourisme. En attendant, Ryanair prépare déjà le terrain. La compagnie à bas coût prévoit de se positionner en s’appuyant sur sa filiale Malta Air, avec des avions depuis Malte mais aussi Marseille. Le tourisme, qui pèse 14% du PIB de la Tunisie, se trouve suspendu à des enjeux internationaux. Et nationaux : dimanche 15 septembre, le pays est appelé à voter pour les élections présidentielles. Le scrutin, qui devait normalement avoir lieu en novembre, a été avancé suite aux décès du président tunisien, Béji Caïd Essebsi, le 27 juillet dernier.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique