Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’Europe veut faciliter l’obtention de visas pour les touristes

L'externalisation et le regroupement des demandes doivent permettre d'attirer davantage de voyageurs, notamment chinois, indiens, ou russes. À la clé, plus de cent milliards d'euros de dépenses.

Fin octobre, la France et l'Allemagne annonçaient la mise en place d'un centre commun de traitement des visas pour les touristes chinois, déléguant cette mission à la société TLS Contact. Poussés par Bruxelles, les pays européens accélèrent les processus d'externalisation et de regroupement des demandes de visas afin d'attirer davantage de touristes. Ces décisions, si elles répondent en partie aux demandes des opérateurs touristiques (qui souhaiteraient aussi que le coût des visas baisse) s'inscrivent surtout dans une compétition entre les destinations pour capter la manne provenant des touristes des pays émergents. Comme le note l' OMT (Organisation mondiale du tourisme), « les économies du G20 pourraient voir le nombre de leurs touristes internationaux augmenter de 122 millions, générer 206 milliards de dollars d'exportations dans le domaine du tourisme et créer plus de cinq millions d'emplois supplémentaires d'ici 2015 en simplifiant les formalités d'obtention des visas ».

La première bataille oppose l'Europe aux autres destinations. « Si l'Union européenne veut rester la première destination touristique au monde, elle doit faciliter l'obtention de visas », a expliqué lors d'une conférence de presse le Commissaire européen en charge du Tourisme, Antonio Tajani. De fait, si le nombre de visas Shengen délivrés en Europe a progressé de 32 % entre 2009 et 2011, « les estimations montrent que 21 % des touristes potentiels s'abstiennent de venir en Europe à cause des procédures pour obtenir un visa » explique la Commissaire européenne ,Cecilia Malmström, sur son blog. Les dernières avancées apportées, appliquer correctement les règles actuelles (maximum de 15 jours pour répondre aux demandes), harmoniser la liste des documents demandés, favoriser les échanges entre consulats, ou élargir la liste des accords de libre circulation, vont dans le bon sens.

 

LA FRANCE EN TÊTE DES PAYS LES PLUS SOLLICITÉS

L'autre bataille, plus politique, oppose les pays européens. La demande de visa Shengen pour les voyageurs doit en effet être soumise au pays dans lequel les voyageurs passent le plus de temps. Et le choix du pays d'entrée pour ceux qui visitent plusieurs destinations, comme les Chinois, influe sur le choix de la compagnie aérienne et sur les dépenses de shopping dans les aéroports ou avant le retour.

La France, pour l'instant, reste en tête des pays les plus sollicités, avec 2,1 millions de visas Shengen délivrés en 2011, contre 1,7 pour l'Allemagne et 1,5 pour l'Espagne et l'Italie. Mais l'Espagne, qui souhaite attirer 35 % de touristes chinois supplémentaires par an, est sur ses talons, comme l'Italie. Entre 2010 et 2011, le nombre de visas délivrés par l'Espagne a progressé de 32,8 %, contre 14,3 % pour l'Italie et 8,4% pour la France.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique