Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’association Level rencontrera Air France

L’association des sites de voyages en ligne prévoit une rencontre officielle avec Air France, pour évoquer les problèmes liés à la fin des commissions.

En juin, Level fustigeait « l’inadmissible politique commerciale prônée par Air France » pour remplacer le versement des commissions. Au nom de la libre concurrence, l’association s’opposait alors à l’instauration de frais de service « qui ne tiennent en aucun cas compte des frais réels engagés sur chaque réservation par les agences en ligne ». « Les sites de voyages devraient facturer 15€ de frais de dossier en moyenne s’ils veulent parvenir au seul équilibre financier », affirme Frédéric Vanhoutte, président. Nous sommes de fait loin du compte : la compagnie facturera sur son propre site de 5 à 20€, contribuant à détourner les clients des agences.

 

Mais il en faut plus pour désarmer Level, qui espère toujours prouver à Air France que son système de rémunération n’est pas viable. « Nous prévoyons une première rencontre officielle avec Air France au cours des prochains jours, ne serait-ce que pour défendre notre point de vue et demander des garanties ». Frédéric Vanhoutte estime qu’il faudrait s’inspirer du système instauré par Iberia. La compagnie espagnole a mis en place dans son pays des frais qui démarre à 12 € (pour la vente en ligne de vols intérieurs ou en Europe).
Bien décidé à faire du lobbying, Level compte aussi lancer un site Internet à l’occasion de Top Resa. Son but est de donner des informations sur les thèmes suivants : l’association, sa vocation, ses membres et les chantiers en cours, depuis les négociations avec Air France jusqu’au projet de loi sur la confiance dans l’économie numérique (LEN). La Bourse des Vols, Lastminute, Go Voyages, Expedia et Ebookers sont les sites fondateurs de Level. L’association se dit par ailleurs déçue par le Snav, qui ne défendrait pas assez les intérêts des agences en ligne.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique