Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Jean-François Rial : les ventes en agences ont reculé d’un tiers en 5 ans

Le bouillonnant patron de Voyageurs du Monde a livré, sur la scène du Forum du Ceto, une analyse détaillée de l'évolution de l'activité touristique en France par canal de vente depuis 2006. Foison de chiffres à l'appui.

De ses études de statistiques, Jean-François Rial a conservé un évident goût des chiffres. Orateur surprise du Forum du Ceto (son intervention a été ajoutée en dernière minute au programme), c'est donc bardé de pourcentages qu'il est venu exposer devant ses confrères tour-opérateurs son analyse du "marché utile" et des évolutions que ce dernier a connu au cours des dernières années.

"Marché utile" ? Selon sa définition, il correspond à l'ensemble des voyageurs se rendant à l'étranger pour motif personnel (le business travel est exclu) et consommant au moins deux nuits marchandes à destination. En s'appuyant sur les données de la DGCIS (direction générale de la compétitivité, de l'industrie et des services), qui publie chaque année un mémento du tourisme portant notamment sur les déplacements touristiques des Français, il estime que ce marché est passé de 17 millions de voyages en 2006 à environ 21 millions en 2011.

TO et agences ont perdu 20% de part de marché en 5 ans

"Sur l'ensemble de ces voyages, la proportion des hébergements qui ont été réservés en direct est passée de 25% en 2006 à 45% l'an dernier. Le reste, ce sont les ventes réalisées via les agences et les TO, qui ont donc perdu au moins 20% de part de marché en 5 ans", explique Jean-François Rial. En clair, TO et agences ont vendu environ 11,5 millions de voyages en 2011, contre 12,8 millions en 2006.

Deuxième élément : sur l'ensemble de ces ventes intermédiées (TO et agences), la proportion des réservations sur Internet est passée en cinq ans de 15% à 35%. D'où cette douloureuse conclusion : le volume total des réservations en points de ventes physiques (y compris réseaux intégrés et grande distribution) s'est effondré de près d'un tiers depuis 2006, passant de 10,8 millions de voyages il y a cinq ans à 7,5 millions l'an dernier.

"La part de marché du canal Internet dans les réservations de voyages progresse d'au moins 10% par an, ajoute Jean-François Rial. Si les TO et les agences ne s'y développent pas, tout en travaillant sur leur valeur ajoutée, ils vont mourir. Mais se positionner sur Internet ne veut pas forcément dire vendre sur le web. Il peut aussi s'agir d'aller chercher les clients en ligne pour conclure hors-ligne".

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique