Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Bpifrance : « Il ne faut pas rater sa crise »

La banque publique d’investissement est l’une des chevilles ouvrières de la sortie de crise pour les acteurs du voyage, jusqu’en 2023. Comment peut-elle prêter main forte aux entreprises du secteur qui traversent une crise d’une acuité sans précédent ? Quelle est sa vision de la reprise ? Nous avons interrogé deux dirigeants de Bpifrance : Pedro Novo, directeur exécutif en charge de l’export et du Plan tourisme, et Serge Mesguich, directeur du fonds tourisme.

L’Écho touristique : Bpifrance et la Banque des Territoires mobiliseront 3,6 milliards d’euros d’ici 2023 pour accompagner le secteur. Comment se répartit l’enveloppe dont devrait bénéficier 9 000 entreprises* ?

Pedro Novo : Vous avez un fruit avec deux morceaux, partagé entre la Banque des Territoires et Bpifrance. Sur le morceau Bpifrance – plus de la moitié des 3,6 milliards d’euros -, l’attention est portée au financement, à l’investissement, et à l’accompagnement de la filière du secteur du tourisme. Nous dépassons la sphère HCR (hôtel, café, restaurant), nous couvrons aussi des sociétés dans le digital, les services… Au niveau des montants, vous avez 500 millions d’euros consacrés à de l’equity – soit des fonds propres ou quasi fonds propres. C’est probablement le plus ambitieux programme de recapitalisation de la filière tourisme en France que nous menons depuis la création du Crédit hôtelier, en 1923, qui est l’ancêtre de Bpifrance.

Vous avez aussi un milliard d’euros du prêt Tourisme. Le prêt Tourisme représente le produit iconique du plan, pour soutenir les sociétés, les mettre dans une phase d’investissement et sécuriser le chiffre d’affaires sur les quatre prochaines années. C’est donc la garantie d’une ressource longue, avec un différé important, sans garantie. Il répond aux exigences de relance de la filière suite à la crise, qui est très violente. Il faut le cas échéant accepter une dette mise en place en proportion avec la progressivité de la reprise, pour ne pas étouffer l’entreprise. C’est un complément naturel du PGE (Prêt garanti par l’État, NDLR).

Pour lire l’ensemble de cette interview,
veuillez vous identifier avec votre compte si vous avez déjà un abonnement
à L’Echo touristique OU abonnez-vous


Laisser un commentaire

Dans la même rubrique