Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Idétour : « Il faut que les avoirs Eurostar soient valables 18 mois »

Les agences spécialisées dans les voyages scolaires, particulièrement exposées, demandent à Eurostar de revoir leur politique en matière d’avoir.

François Bourlet est le gérant d’Idétour, une agence de voyages qui fait une grande partie de son chiffre d’affaires avec des séjours scolaires. Chaque année, en mars ou avril, pour deux groupes d’élèves de CM1 d’une école parisienne, il a besoin de réserver des billets Paris-Londres-Paris par l’Eurostar. Le 12 novembre 2019, il verse deux acomptes équivalents à 2 993 euros pour des départs fin mars.« Les dates d’émission des billets sont fixées, comme d’habitude à J – 30 avant la date des départs. Le 18 février, suite à un changement de matériel Eurostar, il modifie les réservations initiales (modification des places dans les trains) et demande l’émission des billets pour le 19 février. « A cette date, le coronavirus est déjà une réalité en France, mais nous n’en sommes pas encore aux mesures de restrictions » explique François Bourlet.

Décalage entre la France et l’Angleterre

Mais le dimanche 1er mars, le ministère de l’Education nationale émet une directive demandant de suspendre ou de reporter tous les voyages scolaires hors de France. Dès le lundi 2 mars, il demande par téléphone à l’annulation des billets d’Eurostar déjà émis du premier groupe et l’annulation de la réservation d’Eurostar pour le second groupe dont le départ est prévu le 30 mars.

Problème, si Eurostar confirme ces annulations, l’entreprise ferroviaire considère qu’à la date de son annulation, il n’y a aucune restriction en vigueur pour voyager en Angleterre, que les trains fonctionnent normalement et que les conditions d’annulation n’ont pas changé. « Je suis donc facturé 50 % du prix des billets aller (le 23 mars), et pour le retour l’acompte de 25 % est perdu ».

« Bon cadeau », puis « bon d’achat »…

Le dirigeant insiste auprès d’Eurostar et explique que son annulation intervient suite à l’injonction du gouvernement français de suspendre tous les séjours scolaires à l’étranger et demande de ne pas appliquer dans ce cas les conditions « normales » d’annulation, mais d’appliquer l’article L. 211-14 du code du tourisme pour considérer que l’annulation survenant suite à des circonstances exceptionnelles et inévitables, elle peut se faire sans frais. Réponse d’Eurostar le 10 mars : « Les conditions habituelles d’annulation continuent à s’appliquer. »

Le 12 mars, le site d’Eurostar mentionne toujours que le trafic est normal et que les conditions habituelles d’annulation s’appliquent. Mais le lendemain, il publie de nouvelles mesures pour permettre de modifier les voyages prévus entre le 13 mars et 7 avril 2020. Bien sûr, il n’est nullement précisé si ces conditions s’appliquent aux groupes qui ont été obligés d’annuler des voyages pour ces mêmes dates avant le 13 mars. En cas d’annulation de voyages, Eurostar propose de remettre un « bon cadeau » d’une valeur équivalente aux billets modifiés, valable jusqu’au 30 juin qui permettra de réserver d’autres billets pour un voyage Eurostar avant le 12 décembre 2020. Le mercredi 1er avril, les mesures proposées par Eurostar évoluent pour les voyages compris entre le 13 mars et le 1er juin. Le « bon cadeau » se transforme en « bon d’achat » et sa validité est étendue jusqu’au 30 septembre 2020 pour des voyages prévus jusqu’au 31 mars 2021, soit un an.

18 mois, comme les agences

« Mais il n’est toujours pas question de remboursement, malgré un dossier déposé auprès d’Eurostar. En ce qui me concerne, ces bons cadeaux ne m’intéressent pas, car, si l’école cliente confirme ses projets de séjours pour 2021, ils sont déjà programmés pour des départs le 9 avril et le 16 avril 2021. » François Bourlet se demande pourquoi les avoirs d’Eurostar ne courent pas sur « 18 mois comme le gouvernement français le permet par son ordonnance du 3 mars 2020 », ce qui permettrait d’assurer sereinement le report des groupes, notamment les groupes scolaires. Pour l’instant, Eurostar n’a pas encore donné suite à son dossier.

Pour mémoire, dès le 9 mars, la SNCF, actionnaire à 55 % d’Eurostar, s’était montrée conciliante en autorisant les voyageurs qui décident de reporter ou d’annuler leur déplacement de le faire « sans frais d’échange et de remboursement ».

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique