Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Hôtellerie : Bruxelles s’attaque aux mauvaises pratiques tarifaires en ligne

 » La Commission européenne a ouvert jeudi une enquête visant plusieurs voyagistes et l’hôtelier espagnol Melia Hote

Bruxelles veut faire le ménage dans les pratiques tarifaires en ligne. La Commission européenne a en effet ouvert jeudi trois enquêtes distinctes portant sur de mauvaises pratiques tarifaires dans le commerce électronique en ligne, qui pourraient empêcher les consommateurs de bénéficier de "prix compétitifs".

Ces trois enquêtes s'attaquent "spécifiquement aux restrictions à la liberté de fixer les prix de détail, à la discrimination sur la base de la localisation et au blocage géographique", est-il précisé dans le communiqué. Les secteurs du jeu vidéo et du matériel électronique sont ciblés, l’hôtellerie aussi.

Suite à des plaintes de consommateurs, une enquête vise en effet à vérifier si des accords conclus entre les principaux voyagistes européens – dont Kuoni, Tui et Thomas Cook – et l’hôtelier espagnol Melia Hotels ont pu entraîner une discrimination des clients “sur la base de leur localisation géographique”.

"Un cloisonnement du marché unique"

"La Commission accueille favorablement l'élaboration et la mise en place, par les hôteliers, de mécanismes de tarification innovants leur permettant de porter au maximum le taux d'occupation des chambres, détaille la Commission dans un communiqué. Cependant, les hôteliers et les voyagistes ne peuvent pas opérer de discrimination entre leurs clients sur la base de leur localisation géographique. Les accords en cause peuvent comporter des clauses entraînant une discrimination entre les clients, sur la base de leur nationalité ou de leur pays de résidence, de sorte que ceux-ci ne seraient pas en mesure de voir toutes les chambres disponibles ou de réserver une chambre au meilleur prix.

Ces dispositions peuvent constituer une violation des règles de l'UE en matière de concurrence puisque les consommateurs ne seraient pas en mesure de réserver une chambre d'hôtel à des conditions plus avantageuses proposées par les voyagistes d'autres États membres uniquement en raison de leur nationalité ou de leur lieu de résidence, ce qui entraînerait un cloisonnement du marché unique."

En septembre 2016, les conclusions préliminaires d'une enquête de la Commission sur la concurrence dans le secteur du commerce électronique avaient montré "que le recours à de telles restrictions (était) une pratique répandue dans l'ensemble de l'UE". La commissaire à la Concurrence Margrethe Vestager avait alors laissé entendre qu'elle pourrait "entreprendre des actions".