Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Grève : les syndicats de TUI s’opposent au déménagement

Les syndicats du groupe appellent au débrayage devant le siège de Levallois-Perret ce mardi, pour dénoncer la délocalisation du service informatique dans des bureaux à Asnières.

"C’est un mensonge de plus : on nous a toujours dit qu’on serait tous sur le même site, que c’était important pour la cohésion des équipes, pour la culture d’entreprise. Aujourd’hui, c’est l’inverse qui se produit", fulmine Lazare Razkallah, le secrétaire du Comité central d’entreprise (CCE) de TUI France.

A l’origine du débrayage, qui se tient ce mardi 4 juillet de 11h30 à 13h30 devant le siège social de TUI France, à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) : le projet de déménagement de la direction des services informatiques (DSI), prévu pour l’automne, vers des bureaux d’Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Deux villes géographiquement proches, mais dont la desserte en transports en commun rallongerait le temps de trajet des salariés "de 30 à 50 minutes par trajet", selon les calculs des syndicats.

La crainte d’un déménagement du siège social

"Ce sont les conditions de travail qui se détériorent pour la majorité des salariés. Et les services informatiques, c’est la colonne vertébrale de l’entreprise. Les problèmes informatiques sont quotidiens, dans tous les services", détaille Lazare Razkallah. 110 salariés, soit la totalité du service, devraient rejoindre Asnières.

Plus largement, les syndicats regrettent le manque de concertation avec la direction. "Ils n’ont fait aucune étude pour mesurer l’impact de cette décision sur le quotidien des salariés. C’est un projet qui doit exister depuis longtemps, on aurait pu être consultés dès le départ", regrette Lazare Razkallah. A terme, les salariés craignent que l’ensemble du siège social de TUI France soit déplacé à Asnières.

"On a besoin de surface supplémentaire"

Contactée, la direction de TUI France dément fermement l'éventualité d'un déménagement du siège social à Asnières, mais confirme le déménagement probable des services informatiques. "Dans le cadre de l'intégration des salariés de Transat France, nous avons besoin de surface supplémentaire, pour que les salariés et les prestataires puissent travailler dans de bonnes conditions. On veut privilégier l'efficacité des équipes, et il nous paraît important de réunir toute la DSI sur un seul et même plateau confortable. L'étude d'impact sur les salariés est en cours et on devrait pouvoir prendre une décision d'ici quelques semaines".

"Je suis plutôt adepte de la négociation, mais si on n’est pas entendus, nous irons en justice auprès du TGI de Nanterre", prévient Lazare Razkallah. "On pourra arguer que le projet One (la fusion entre TUI et Transat France, NDLR) ne correspond pas à ce qui nous a été présenté", conclut le syndicaliste.